×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Spéculation foncière et immobilière
D’abord évaluer le patrimoine privé de l’Etat

Par L'Economiste | Edition N°:2762 Le 23/04/2008 | Partager

. A peine 214.000 ha identifiés sur plus de 1 million d’ha disponibles. Ce manque de visibilité augmente la pression du marchéLe patrimoine foncier de l’Etat...voilà un sujet qui cristallise l’intérêt des opérateurs immobiliers. Et pour cause. A en croire certains, tous ces terrains, pour la plupart en friche, favorisent les spéculations foncières et immobilières, au-delà de l’identification des facteurs à l’origine de la hausse des prix du foncier urbanisable et constructible. Pêle-mêle, les Domaines montrent du doigt l’insuffisance de la planification de l’urbanisation, la rareté du foncier constructible et la pression de la demande. A combien s’élève ce patrimoine?Les Domaines l’évaluent à plus de 1 million d’hectares. Sur ce totalseuls 214.000 ha, situés dans les provinces du Sud, sont recensés. Le reliquat est en cours d’identification. Ce patrimoine fait la part belle au périmètre rural avec 761.880 ha. Le sururbain concentre quant à lui 293.658 ha et le périmètre urbain 131.405 ha.Le directeur intérimaire des Domaines, Mohamed El Hassani qui s’exprimait lors d’une rencontre sur la régulation du marché de l’immobilier, organisée à Rabat par le ministère de l’Habitat (L’Economiste du 16 avril 2008), considère que c’est la seule façon pour identifier les superficies susceptibles d’être mobilisées et répondre ainsi au besoin en terrains des différentes actions publiques. A noter par ailleurs que dans le programme de contribution de l’Etat à la politique de promotion de l’habitat, la Direction des domaines planche actuellement sur des terrains susceptibles d’être mobilisés pour une superficie de 14.391 ha, destinés à des villes nouvelles, zones d’urbanisation nouvelles et autres programmes intégrés. De même, pour accompagner le développement économique, on évoque la possibilité de mobiliser 40.000 hectares de terrains domaniaux en location actuellement aux enchères publiques. Reste à déterminer leur localisation, car le manque de visibilité sur le patrimoine privé de l’Etat augmente la pression sur le marché foncier et immobilier. Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc