×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Spectaculaire évasion et rapide arrestation

    Par L'Economiste | Edition N°:2269 Le 05/05/2006 | Partager

    . Mourad Bouziani condamné à 20 ans de prison s’est évadé mardi 2 mai. Il a été repéré et arrêté grâce au GPSUNE évasion à la «Mesrine»(1) a eu lieu à la prison d’Oukacha à Casablanca. Mourad Bouziani, qui purgeait une peine de prison de 20 ans, s’est évadé mardi 2 mai en sortant de l’hôpital Ibnou Rochd à Casablanca où il se rendait pour une consultation. Mais la cavale n’aura pas duré longtemps puisque le prisonnier a été arrêté mercredi 3 mai à 22h, par les agents de la Brigade nationale de police judiciaire (BNPJ). Il était attablé dans un café près du centre commercial Méga Mall de Rabat. Equipée d’un GPS (système de géolocalisation par satellite), la BNPJ a pu suivre les déplacements de Bouziani grâce à son portable. «Son évasion n’a pas duré plus de 24h», souligne avec fierté un agent de la BNPJ. Bénéficiant d’une permission de consultation médicale externe, Bouziani a été conduit, mardi dernier, par deux gardes de la maison d’arrêt d’Oukacha à l’hôpital Ibnou Rochd. En attendant de rencontrer le médecin, le prisonnier sympathise avec ses deux gardes et arrive à les convaincre de lui enlever les menottes. Il entre chez le médecin et se fait ausculter en ayant les mains libres. A la sortie de l’hôpital, le prisonnier profite d’un moment d’inattention de ses deux gardes et saute dans une voiture qui démarre à toute vitesse. Des témoins oculaires reconnaissent le véhicule comme étant une voiture de la marque Renault «Kangoo». Le procureur général près la Cour d’appel de Casablanca ouvre alors une enquête sur l’évasion, et les deux gardes qui accompagnaient Bouziani sont mis en garde à vue. Les premiers éléments de l’enquête conduisent à un coup monté par Bouziani de la prison. Grâce à son téléphone portable, le prisonnier contactait ses complices et les tenait au courant de l’évolution de son plan. «C’est évident, puisque les deux complices qui l’attendaient à la porte de l’hôpital ne pouvaient savoir ni la date, ni le nom de l’hôpital, si Bouziani ne le leur disait pas personnellement», affirme une source proche du dossier. Bouziani, fils d’un commissaire à la retraite, faisait partie de la bande du célèbre baron de la drogue, Mounir Erramach. Il a été condamné par la chambre criminelle de la Cour d’appel de Tétouan, le 29 décembre 2004 à 20 ans de réclusion. La liste des poursuites est aussi longue qu’impressionnante: tentative d’homicide avec préméditation, coup et blessures, détention d’armes à feu, association de malfaiteurs, trafic international de stupéfiants, faux et usage de faux, corruption…Outre les 20 ans de prison qu’il doit purger, Bouziani risque une nouvelle peine de réclusion criminelle pour tentative d’évasion.


    La bande à Erramach

    DANS la nuit du 4 août 2003, une altercation a lieu entre deux groupes d’individus à la sortie d’une boîte de nuit «Bao Bar» à Kabila (Nord). Les deux groupes armés échangent des coups de feu. Alertés, des agents de la Gendarmerie royale interviennent et constatent qu’il s’agit d’un véritable réseau mafieux. C’est alors que Mounir Erramach et 17 autres personnes sont arrêtés. Après instruction, ils sont déférés à la Cour d’appel de Tétouan qui les condamne pour «association de malfaiteurs, trafic de drogue à l’échelle internationale dans le cadre d’un réseau organisé, tentative d’homicide avec préméditation, détention d’armes sans autorisation et débauche».Naoufal BELGHAZI-----------------------------------------------------------------------------------(1)Jacques Mesrine était un criminel français, célèbre notamment pour ses multiples et spectaculaires évasions. Il a été tué par la police lors d’un guet-apens le 2 novembre 1979.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      publici[email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc