×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Spécial El Jadida
Moins de 100 jours et déjà des réponses…

Par L'Economiste | Edition N°:1491 Le 04/04/2003 | Partager

. A la tête de la province d'El Jadida depuis quelques mois, le gouverneur Driss Khazani affiche ses ambitions. Un schéma directeur de l'assainissement résoudra le problème de l'environnement pour au moins 25 années «Depuis mon arrivée, il y a près de 3 mois et au fil de mes prospections, des dossiers en difficultés me sont effectivement apparus«, indique Driss Khazani, gouverneur de la province d'El Jadida, lors de la conférence de L'Economiste organisée dans la même ville, le 27 mars dernier. «Mon objectif premier est d'essayer de faire une opération de communication, autour des grands dossiers, pour mettre tous les intervenants et les acteurs en accord«, avance le gouverneur. Pour ce dernier, il faut instaurer le dialogue, qui permet éventuellement d'arriver à des consensus sur le fond de sujets touchant l'avenir de la région. «Je n'ai pas pour habitude de regarder dans le rétroviseur, mais plutôt vers l'avenir« assure-t il.La région des Doukkala compte toujours sur son secteur-phare, à savoir l'agriculture. Un travail de fond se dessine pour mieux tirer profit de ce secteur. «Je viens tout juste d'arriver d'une journée sur le secteur de la betterave, le secteur sucrier et sa filière industrielle«, indique le gouverneur. Un mois auparavant, précisément le 23 février, une autre journée avait été aussi organisée sur la production laitière. Des journées que le gouverneur souhaite instaurer comme rendez-vous annuel. Car de telles manifestations favorisent des concertations entre producteurs, industriels, les administrations concernées et des organismes de l'agriculture comme l'ORMVAD. Ces journées permettent aussi, précise-t-il, de procéder à une évaluation nécessaire pour la progression du secteur. Ce secteur concerne 70% de la population vivant en milieu rural, soit 850.000 personnes. Une stratégie de développement pour ce secteur est à même de contenir l'exode rural massif. Concernant l'industrie, un développement important a été enregistré. «Il n'existe actuellement nulle part ailleurs au Maroc un terrain industriel aussi bien situé avec un tel niveau d'équipement qu'à El Jadida«, fait remarquer Khazani. Et d'ajouter que «les perspectives du parc industriel de Jorf Lasfar vont être d'une portée éminemment importante pour la région. Beaucoup d'entre nous ne s'imaginent pas toutes les possibilités offertes par un parc industriel de 500 ha«. A noter dans le même sens que des actions sont actuellement menées pour la libération du foncier. Reste encore à se pencher sur des problèmes pressants à résoudre, et qui concernent, dans un premier temps, l'assainissement. Le plan directeur de l'assainissement d'El Jadida est déterminant pour l'avenir de la province. C'est un des grands projets que va connaître la ville. «Il est à mon avis beaucoup plus important que le parc industriel«, commente Driss Khazani, gouverneur de la province d'El Jadida. C'est un projet qui va favoriser un environnement agréable aux investisseurs. Ce schéma directeur résoudra le problème de l'environnement sur une durée d'au moins 25 années. De son côté, le collecteur du secteur 3 d'une longueur de 5 km, prévu pour mars 2004, va vraiment révolutionner le développement de la ville. C'est un des gros projets en cours de réalisation et qui concerne aussi bien la société civile, les entrepreneurs, la commune que la province.Un projet existe pour les rejets sur l'Oued Oum Rabia. Un investissement de 6 millions de dirhams est prévu pour la mise en place d'une digue qui interceptera les rejets des collecteurs de la ville d'Azemmour (au nombre de 9 collecteurs). Enfin, et à l'instar de la ville d'El Jadida, la privatisation du ramassage des ordures dans la ville d'Azemmour est à l'ordre du jour. Bien que certains intervenants divergent sur ce point, le gouverneur se dit plutôt favorable pour ce genre de gestion. Car selon lui, des expériences antérieures ont été satisfaisantes dans ce domaine. La cession de la gestion des déchets solides est aussi projetée pour Moulay Abdellah, Sidi Bennour et Sidi Bouzid éventuellement.Le gouverneur n'a pas omis de glisser un mot sur le port de pêche d'El Jadida intégrant la cité portugaise. Des projets existent dans ce sens et peuvent bien intéresser des investisseurs privés, compte tenu de l'assiette foncière que le voisinage du port pourrait générer sur 3 ou 4 passages de la cité portugaise. En effet, dit-il, ses abords immédiats vont être adaptés pour créer un environnement idéal pour la création d'un port de plaisance, qui sera détaché du port de pêche. Un autre dossier urgent concerne la station de relevage de Sidi Daoui et qui est un point gênant, reconnaît le gouverneur. Un point qui sera bientôt réglé dans le plan directeur d'assainissement de la ville d'El Jadida. Un programme de réhabilitation est aussi en élaboration pour la cité portugaise, révèle encore le gouverneur. Des projets existent et des objectifs aussi, et il serait judicieux que les originaires de la ville se les approprient, recommande-t-il. Des crédits sont alloués par la province et la région pour la réhabilitation du patrimoine culturel de la Médina.


La chaîne Ibis entre à El Jadida

Le grand projet Haouzia est en bonne voie, annonce Driss Khazani. L'aspect foncier est bouclé. L'aménageur devrait être connu en ce début du mois d'avril. Le projet est entouré de toutes les garanties nécessaires pour faire de la région un pôle touristique incontournable. Encore faut-il mieux vendre l'arrière-pays. Le gouverneur déclare être conscient du problème, sans détenir encore complètement des solutions. A souligner aussi que le projet Mharzat Sahel commence à prendre forme. Des négociations sont en cours avec le gouvernement pour doter cette région des infrastructures nécessaires (l'électricité, l'eau et les routes). Sans oublier la lagune de Sidi Moussa et de Bounaîm qui sont des sites à mettre en valeur et peuvent même avoir une vocation internationale. Dans ce sens, explique Khazani, des études sont menées pour éviter les erreurs qui se sont posées dans la lagune d'El Oualidia.Dans l'ensemble, l'objectif est de créer 1.200 lits dans un horizon de 2 ans, avec la remise en état des hôtels actuellement fermés. «Je peux vous annoncer, également, que la chaîne Accor s'installera bientôt à El Jadida avec sa chaîne Ibis«, ajoute le gouverneur. . Formation: Les besoins sur 5 ansLe gouverneur annonce aux industriels qu'il été convenu, avec le directeur de l'OFPPT, d'organiser une journée sur la formation professionnelle. Ce sera probablement pour ce mois d'avril. Il a exhorté, à ce sujet, les industriels de formuler leurs besoins, sur une période de 5 ans, pour la main-d'œuvre qualifiée dans le secteur requis. Mohamed RAMDANI


Réaction de la salle
. Concurrence de Moulay Abdellah

La ville d'El Jadida ne profite pas vraiment de Jorf Lasfar. C'est une ville dortoir, affirme Mohammed Tamli, membre du Conseil municipal et entrepreneur dans le bâtiment. En effet, c'est la commune rurale de Moulay Abdellah qui profite des impôts locaux générés par le parc dudit Jorf qui relève de son territoire. La ville d'El Jadida ne fait qu'abriter les salariés des unités installées à Jorf Lasfar.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc