×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Souss: Imouzer fête son miel

Par L'Economiste | Edition N°:3328 Le 27/07/2010 | Partager

. Les pluies ont dopé la production. Les plantes aromatiques et médicinales, une autre niche «La richesse naturelle de l’arrière-pays peut devenir une source de revenu pour la population locale réputée pour son attachement ancestrale à ses traditions et à ses origines ». C’est en ces termes que s’est exprimé Mohamed Boussaïd, wali de la région Souss-Massa-Draâ à l’occasion du festival du miel d’Imouzer Ida Outanane et de la première édition du Salon national des plantes aromatiques et médicinales» (Spam). Une manifestation organisée du 24 au 26 juillet. La région est connue pour l’importance que ses habitants accordent à l’activité apicole, une de leurs principales occupations. Imouzer abrite, d’ailleurs, le plus grand rucher collectif au monde, Inezekri, qui a une capacité de 3.000 ruches. Dans le Souss, il existe près de 14.000 apiculteurs pour une production annuelle de plus de 900.000 tonnes.Il est vrai que les pluies abondantes de cette année ont été bénéfiques à la floraison et donc à la production du miel. Une production en abondance et qui a une conséquence sur les prix. Au kg, le miel coûte actuellement entre 60 et 300 DH selon les plantes sources : orange, caroubier, thym…L’an dernier, les prix ont oscillé autour de 400DH/kg. En plus de la production du miel, la région possède d’autres ressources naturelles. Ainsi, la filière des plantes médicinales est appelée à devenir un vrai levier de développement économique et social et une source de revenu pour la population locale. Les exposants, cultivateurs et coopératives, ont participé en force au festival dédié à ces produits. Des conférences étaient animées par des experts et chercheurs nationaux et internationaux dans ce domaine. L’objectif étant la sensibilisation et la préservation de la richesse du patrimoine. Des ateliers ont été également consacrés au savoir-faire de la population en matière d’utilisation du miel et des plantes, particulièrement à des fins médicales ou cosmétiques. «Il est important d’exploiter les potentialités de la région afin de promouvoir un tourisme durable, explique Abderrahim Oummani, directeur du CRT. Le but est aussi de mettre en exergue les perspectives de promotion du Pays d’accueil touristique (PAT) de la région d’Imouzer Ida Outanane pour drainer plus de touristes nationaux et internationaux Pour rappel, le festival du miel et le Spam sont organisés par le Conseil régional de tourisme , la wilaya, les Conseils préfectoral et régional, l’Ormva, les délégations de l’Agriculture et du Tourisme. «Une enveloppe budgétaire de un million de DH a été allouée au projet, soit une augmentation de plus de 50% par rapport à l’édition 2009», souligne Nasser Bouqssim, directeur du festival. La culture était également au rendez-vous. Des artistes et des personnalités ont participé à la manifestation. Parmi eux, Naïma Lemcherki, Fadila Benmoussa, Bouchra Ijourk, Mohamed El Khyari, Aziz Bouderballa et Latifa Lâabida, secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement.De notre correspondante, Fatiha Nakhli

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc