×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    SOS Villages d’enfants fête ses 20 ans

    Par L'Economiste | Edition N°:1983 Le 22/03/2005 | Partager

    . Un quatrième sera construit à El Jadida L’association marocaine SOS villages d’enfants fête ses 20 ans. Deux décennies de solidarité avec l’enfance en situation difficile et les mères célibataires. A cette occasion, l’ONG organise un certain nombre d’activités à Marrakech qui se dérouleront du 2 au 8 avril. Au menu, l’inauguration d’une nouvelle école à Aït Ourir, le marathon des familles SOS à Marrakech, portes ouvertes du village SOS d’Aït Ourir qui fête ses 20 ans, séances d’information et de sensibilisation et enfin le gala des 20 ans de SOS villages d’enfants Maroc. Le dîner sera animé par Maria Naciri, Abderrahim Souiri et Hanane Fadili. A travers cet événement, l’association espère dégager plus de soutien pour ses projets. Depuis qu’elle est au Maroc, SOS Villages d’enfants et conformément à la Charte des Nations unies pour les droits de l’enfant, œuvre pour aider et soutenir les enfants nécessiteux ou sans soutien familial. Grâce à l’engagement et au savoir-faire d’hommes et de femmes sensibles à la souffrance de l’enfance délaissée, l’association a pu donner un cadre de vie plus humain à celle-ci. Son approche est globale permettant aux enfants d’avoir accès à une éducation appropriée pour une meilleure intégration sociale. Pour l’année 2005, l’association a programmé plusieurs projets importants. A l’ordre du jour, figure la construction d’un quatrième SOS Village d’enfants à El Jadida. Il devra accueillir et prendre en charge 108 enfants. A Casablanca, une nouvelle crèche verra aussi le jour. Elle est prioritairement destinée aux mères célibataires. Par ailleurs, l’association développe d’autres programmes annexes comme la mise en place des classes d’éducation non formelle à Rabat, Salé et Casablanca. Quant au bilan de l’année scolaire 2004-2005, 93 jeunes suivent des études classiques, 14 suivent une formation professionnelle, 6 sont en apprentissage, 8 font des études supérieures, 19 sont en stage et un jeune dispose d’un emploi stable. 38 jeunes sont aujourd’hui autonome et ne dépendent plus de l’association.M.Bk

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc