×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Son arrivée au Maroc est annoncée : Internet : Le plus grand réseau informatique du monde

    Par L'Economiste | Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

    "L'International Network" est le plus grand réseau du monde avec près de 30 millions d'utilisateurs.

    Au départ étaient les "hackers", des informaticiens qui, à l'aube des années 70, proclamèrent "la libération et la socialisation de l'informatique". Selon ce mouvement, "l'accès aux ordinateurs doit être sans limite" et "toute information doit être gratuite". S'inspirant de ces principes, des chercheurs américains mirent en place un réseau informatique "incontrôlable".

    Internet a vu le jour en 1969. Comme pour la majorité des innovations technologiques, c'est d'abord au sein de l'armée qu'il s'épanouit. En pleine guerre froide, les militaires américains éparpillés aux 4 coins du globe ont peur des conséquences sur leurs communications d'une explosion nucléaire. Ils imaginèrent alors un réseau routier de l'information, où il y aurait toujours une possibilité de trouver accès à l'information : "Internet is born". Les chercheurs se saisirent du système pour échanger leurs informations et les résultats de leurs recherches. 12 heures après l'annonce d'une découverte importante, le dossier scientifique pouvait être consulté sur le réseau. "Ce faisant, le réseau a agi à la manière d'un accélérateur des sciences. L'information circule plus vite et le contact direct est plus facile", déclarait un scientifique français au journal "Libération".

    Les entreprises virent dans ce système un moyen de communication performant. Internet perdit donc sa vocation première pour devenir un gigantesque réseau de courrier électronique mondial. Des chercheurs y échangent des informations, des entreprises proposent des services ou des joint-ventures. Et les particuliers peuvent accéder à tous les services. Car Internet a bénéficié de l'arrivée des interfaces graphiques et de l'explosion de la micro-informatique. Résultat : Internet est aujourd'hui un réseau de 30 millions d'utilisateurs dans le monde à travers 20.000 réseaux connectés les uns aux autres.

    Une communauté anarchique

    Car c'est là où réside l'originalité de l'Internet : il n'y a pas de centre. Chaque Serveur ou Noeud peut avoir plusieurs abonnés ; il est connecté à d'autres serveurs relais. L'information circule dans tous les sens dès qu'on a le visa d'accès à Internet. Aucun centre ne peut interdire à un serveur quelconque, pour des raisons politiques par exemple, d'accéder aux informations mises sur le réseau. Les 30 millions d'abonnés sont "la communauté anarchique de plusieurs millions de membres qui ait jamais vu le jour". Le trafic augmente chaque mois de 15% sur le réseau. Il a décuplé en trois ans. Les "embouteillages" sont devenus fréquents. Si les messages ne mettent que quelques secondes à arriver, il faut réussir la Connexion, "autant débouler sur une autoroute française le 1er août". Internet commence à devenir victime de son succès. Ce réseau utilise tous les circuits susceptibles d'acheminer des données électroniques : téléphone, fibre optique, satellite, Numéris, etc. La multiplication a permis de réduire le coût. Aux Etats-Unis l'accès au réseau est quasi gratuit. En France, si un abonnement professionnel est à 2.000FF, les particuliers n'auront à débourser que 240FF par mois. Les services proposés sont très divers : de la messagerie pure aux demandes d'informations, à la consultation de banques de données. Généralement, ces dernières sont payantes, mais mises sur Internet et s'adressant donc à un public cible très large, le prix reste modeste. Aux USA, un directeur général d'une entreprise peut, par exemple, recourir le matin à Internet pour avoir les cours des matières premières ou consulter des offres de partenariat, émettre à midi sur le réseau une offre d'emploi pour remplacer son adjoint et le soir consulter le programme des cinémas avec la filmographie avec les horaires et les plans s'il ne connaît pas la ville. Au retour, s'il se couche tard, il peut lire les journaux sur son écran. Tout cela à un prix largement inférieur aux autres modes de communication.

    Les universitaires américains ne voient pas d'un bon oeil les mutations du système : l'introduction en force des entreprises et la transformation d'Internet en "autoroute de l'information" globale. Depuis que les marchands de pizzas accèdent au réseau, les universitaires ont le sentiment d'être dépossédés de leur outil.

    "Ils ont le sentiment que les nouveaux venus importent dans le réseau une culture étrangère à la leur et surtout moins désintéressée", confiait un sociologue de Boston. En fait, l'accès à Internet et l'exploitation des services sont devenus un gros business. Les scientifiques ont donc peur d'une évolution semblable à celle du système Unix. Ce logiciel permettait aux ordinateurs et aux programmes de communiquer. Utilisé d'une manière informelle par les milieux scientifiques, il évolua rapidement vers un produit ultra-standardisé.

    J.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc