×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Sommet UE/Chine: Déficit et taux de change au menu

    Par L'Economiste | Edition N°:2662 Le 29/11/2007 | Partager

    . La Chine devrait maintenir le taux du yuan PÉKIN a vécu à l’heure européenne le 28 novembre avec un ballet diplomatique de délégations de l’Union, toutes focalisées sur les problèmes de déficit commercial et de taux de change. En parallèle du 10e sommet annuel UE-Chine, les principaux dirigeants économiques et financiers de la zone euro ont poursuivi une visite de deux jours dans la capitale chinoise, tandis qu’un «sommet d’affaires» mettait en contact les entreprises des deux régions. L’Europe espère que la Chine va finir par concrétiser ses promesses de réduire ses excédents commerciaux gigantesques et de réorienter la croissance de son économie vers davantage de consommation intérieure plutôt que d’exportations. Et le diplomate d’exprimer des craintes sur une possible montée du protectionnisme dans une Union européenne lasse de voir s’accroître chaque année son déficit vis-à-vis de la quatrième puissance économique mondiale (128 milliards d’euros l’an dernier). De leur côté, le président du groupe des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, et le commissaire européen aux Affaires économiques, Joaquin Almunia, devaient s’attacher à demander au Premier ministre Wen Jiabao et au ministre des Finances Xie Xuren une réévaluation du yuan face à l’euro. Mais Pékin, qui a toujours dit être fermement décidé à maintenir la stabilité de sa monnaie, ne devrait pas bouger d’un iota de ses positions. A l’issue d’entretiens entre la troïka et son gouverneur Zhou Xiaochuan, la Banque centrale publiait un communiqué vantant la coopération bilatérale pour régler les déséquilibres mondiaux, spécifiant que les deux parties étaient d’accord «pour empêcher les fluctuations de grande ampleur des taux de change».Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc