×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sommet des Non-alignés: priorité à la crise financière

    Par L'Economiste | Edition N°:3069 Le 16/07/2009 | Partager

    . Kadhafi qualifie le Conseil de sécurité de l’Onu de «terroriste». Rencontre Inde/Pakistan pour relancer le processus de paixUNE cinquantaine de dirigeants du mouvement des Non-alignés, dont le Maroc, qui a été représenté par le premier ministre Abbas El Fassi, se sont réunis hier en Egypte. La première journée du sommet, qui s’est tenue à la station balnéaire Charm-El-Cheikh, était consacrée à la crise financière. Dans une perspective de relancer l’économie des pays membres, le président cubain, Raul Castro, a lancé, au cours de la cérémonie d’ouverture, un appel à la fondation d’un nouvel ordre financier international. «Nous demandons un nouvel ordre monétaire et économique international. Nous devons restructurer le système financier international pour prendre en compte les besoins des pays en développement», a-t-il déclaré.Ce sommet, dont le mot d’ordre est «Solidarité internationale pour la paix et le développement», cherche à promouvoir «un nouvel ordre mondial dans lequel les nations ne sont pas jugées par sur taille ou leurs capacités militaires et économiques», avait affirmé le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit.Lors de son intervention hier mercredi à la tribune, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi s’est insurgé contre la non-représentativité du Conseil de sécurité des Nations unies, qu’il a qualifié de «terroriste». Les Non-alignés «sont majoritaires aux Nations unies. Le Conseil de sécurité ne nous représente pas. Il est monopolisé par quelques pays qui en sont les membres permanents», a-t-il dit. «Ceci constitue un danger pour la paix internationale».Les discussions des Non-alignés risquent cependant d’être éclipsées par la rencontre prévue aujourd’hui, en marge du sommet, entre les chefs de gouvernement de l’Inde et du Pakistan, deux puissances nucléaires qui se sont déjà livrées à trois guerres depuis leur indépendance en août 1947. La rencontre vise à relancer le processus de paix amorcé en janvier 2004 entre les deux voisins. Rappelons que les relations bilatérales se sont nettement dégradées depuis les attentats de Bombay qui ont fait 174 morts en novembre 2008 et dans lesquels Islamabad était impliquée. Le mouvement des pays non-alignés a été créé en 1955, en pleine guerre froide, par des Etats qui entendaient prendre leurs distances des blocs Est et Ouest. Aujourd’hui, après l’effondrement de l’URSS et le bouleversement de l’équilibre mondial, sa raison d’être est en question.B.A.I

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc