×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sommet de Nice: Les manifestants antimondialisation récidivent

    Par L'Economiste | Edition N°:912 Le 08/12/2000 | Partager

    . Ils sont venus nombreux réclamer une Europe socialeLA «conférence européenne« regroupant les dirigeants des 15 pays de l'UE et 13 Etats candidats à l'adhésion, plus la Suisse, s'est ouverte hier jeudi à Nice en prélude au Sommet européen sur la réforme des institutions. La délicate question des nouvelles adhésions obsède tous ceux qui frappent à la porte de l'UE. Les 13 pays candidats doivent recevoir officiellement la «feuille de route« qui indique à chacun les étapes à franchir avant d'envisager son entrée dans l'Union. Mais, ils resteront sur leur faim en ce qui concerne la date, les Quinze se contentant de souhaiter que les négociations se terminent «vers la fin de 2002« pour les plus avancés d'entre eux. La Turquie bénéficie d'un traitement à part, car elle n'en est qu'au «partenariat d'adhésion« qui préfigure le début effectif des négociations. Quant à la Suisse, qui est aussi invitée à la conférence, elle bénéficie d'un statut inédit de «membre désigné«. A l'ordre du jour aussi, la proclamation de la Charte des droits fondamentaux. Celle-ci devrait réunir, pour la première fois dans un même texte, les droits économiques et sociaux dont devraient bénéficier tous les citoyens de l'Union Européenne.D'autres thèmes sont aussi au programme. Il s'agit en particulier de la réforme des institutions, indispensable avant l'élargissement. Ce qui devrait permettre de mesurer le chemin restant à parcourire avant d'aboutir à un hypothétique accord d'ici dimanche. Un dossier sur lequel existe encore beaucoup de divergences. C'est le cas d'ailleurs de la repondération lors des votes au Conseil des ministres européens (principal organe décisionnel de l'UE), avec la taille de la Commission Européenne et l'abandon du droit de veto sur des sujets jusque-là décidés à l'unanimité. Forte de ses 82 millions d'habitants, l'Allemagne réclame un «décrochage« en sa faveur qui lui donnerait pour la première fois plus de voix que les autres «grands« de l'Union Européenne (France, Italie). A noter que le début du Sommet a été marqué par une forte présence aussi bien des participants que des manifestants. Ces derniers sont venus nombreux réclamer la construction d'une «Europe sociale«. Les anti-mondialisation ont été mobilisés à l'appel de plusieurs organisations européennes. «On a assez de cette société qui n'offre que le chômage et la précarité« ou encore «retrait de cette charte bidon, l'Europe sociale c'est celle des patrons«, étaient parmi les slogans scandés.(AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc