×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Somed: Pourquoi s’allier à Addoha?
    Entretien avec Mouatassim Belghazi, président-directeur général de la Somed

    Par L'Economiste | Edition N°:2424 Le 18/12/2006 | Partager

    . Un projet sur Kénitra, ville moyenne un peu oubliée. Début des travaux janvier-février 2007Addoha récidive! Le leader national de l’immobilier prend à témoin la presse jeudi, 14 décembre pour la signature d’un nouveau partenariat avec la holding Somed (Société maroco-émirati de développement). La convention vise la création d’une société au capital de 50 millions de dirhams réparti à parts égales entre les deux « champions » de l’économie nationale. . L’Economiste: En quoi consiste ce partenariat, quelle est son ampleur?- Mouatassim Belgharzi: Notre projet s’étend sur 200 hectares dédiés à la construction à Kenitra de villas et appartements moyen et haut standing. Pour la Somed, l’enjeu consiste à développer son nouveau métier stratégique -l’aménagement, le développement et la promotion immobilière- afin de répondre aux besoins croissants de logement et de plateformes industrielles. Pour Addoha, il s’agit de servir la classe moyenne qui a besoin d’un logement décent aussi bien dans les grandes villes que les moyennes.. Votre choix a porté sur une ville qui ne retient pas beaucoup l’attention. Pourquoi Kenitra?- C’est vrai. La ville manque en effet d’attractivité, a pourtant, elle a un réel potentiel. D’abord, c’est une ville proche de Rabat. Ensuite, il existe un potentiel important en termes de logements aussi bien social que moyen et haut standing pour les classes moyennes qui travaillent à Rabat et dont le logement est devenu hors de prix.. Quel est le montant de l’investissement?- Honnêtement, il est encore difficile à mesurer pour le moment. Il y aura des villas et des appartements moyen et haut standing, avec des aménagements collectifs, de l’animation et surtout des espaces verts. Il faut préserver l’harmonie de la ville dans le sens d’un plan d’urbanisation étudié et non pas dans le sens de l’urbanisme sauvage.. Quand démarrez-vous les travaux et quelle est la date de livraison? - Nous allons commencer les travaux dès l’obtention de toutes les autorisations nécessaires. Nous prévoyons le démarrage officiel dès les tout premiers mois de l’année prochaine. Pour ce qui est de la durée des constructions, nous souhaitons que ce soit dans les meilleurs délais. L’engagement pris par la société consiste à ne pas dépasser 5 ans, mais ce qui nous tient à cœur c’est surtout de bien faire. Et nous sommes avec le bon partenaire pour le réaliser.. Quels sont vos autres projets? - Dans notre stratégie, nous avons décidé de lancer des projets de grande envergure dans plusieurs régions du Royaume, et, au lieu de réinventer la roue, nous avons trouvé une roue bien rodée «Addoha». Notre groupe dispose des moyens financiers nécessaires. Le leader national de l’immobilier dispose des moyens et de l’expertise nécessaires. Le tandem ne peut que réussir, d’autant plus que l’environnement qui accompagne ce mouvement est favorable: Addoha a bien été suivie par les investisseurs, et il reste un grand déficit en matière de logement à résorber. Nous avons encore du pain sur la planche. Propos recueillis par Saïd MABROUK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc