×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    Soignez votre packaging, ce vendeur silencieux…

    Par L'Economiste | Edition N°:2431 Le 27/12/2006 | Partager

    . Un très gros argument de vente encore sous-utilisé. Peu de recours aux designers spécialisésRÉUSSIR son packaging n’est pas une mince affaire. C’est un défi que tout manager doit relever pour assurer une bonne place à son produit sur les rayons des grandes surfaces. L’emballage est le premier contact visuel et tactile avec le consommateur. «Le pack est encore un média tellement sous-utilisé alors que c’est le support de communication le plus économique,» selon les termes de Peter Brabeck, PDG Nestlé.Comment réussir son packaging et innover en matière de design, était le thème d’une conférence organisée la semaine dernière par le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), en collaboration avec la société CB’a Design Solutions, représentant marocain de CB’a Paris. Deux managers français ont fait le déplacement à Casablanca pour exposer l’expérience du cabinet parisien aux invités, dont notamment des entreprises et des agences de Com. Le but étant de sensibiliser les entreprises marocaines à l’intérêt de la conception et du design de l’emballage. Les entreprises recourent encore peu ou pas aux services de designers spécialisés pour concevoir leur packaging ou logos, de l’avis de l’un des participants. Pour Chan Ton That, directeur marketing stratégique chez CB’a Paris, un bon packaging doit comporter cinq informations obligatoires: la marque, le nom du produit/gamme, la raison d’achat, les caractéristiques et l’image produit. Cependant, trop d’info tue l’info. Il faut donc s’en tenir à ces éléments pour ne pas perturber le consommateur final. «Si vous cherchez à rendre tout important sur votre packaging, rien n’apparaîtra comme important,» prévient Chan Ton That. «Succinct, concis, impactant, compétitif et différent», ce sont les mots-clés pour un bon emballage, d’après lui. Le message du packaging doit en outre générer une augmentation de la reconnaissance du produit, une simulation de l’impulsion d’achat avec une rapidité de la décision d’achat. Mais dans un linéaire, tous les produits jouent presque à armes égales. Le meilleur est celui qui arrive à se distinguer. C’est aussi celui qui saura déstabiliser le leader d’un marché. Ceci est possible grâce à cinq éléments fondamentaux, selon Chan Ton That: améliorer le marché, apporter une valeur ajoutée, surprendre, innover et suivre son intuition plutôt que les études de marché. Mais ce n’est pas fini, une fois le packaging en magasin, il faut surveiller son comportement et penser déjà à la prochaine innovation. Il faut prêter également une attention toute particulière à l’impact de l’innovation sur le prix ainsi que sur l’environnement. A signaler que CB’a Paris, créé depuis 21 ans par Louis Collinet, est spécialisé, entre autres, dans les métiers de packaging, identité visuelle, web design, luxe-beauté-santé… Aujourd’hui, le cabinet emploie quelque 200 personnes dont plus de la moitié sont des créatifs. CB’a est présent en Europe et au Maroc, où une filiale, fondée par Abdelhamid Mrabet, est installée depuis presque une année.Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc