×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Société Générale se lance dans le factoring

Par L'Economiste | Edition N°:3138 Le 28/10/2009 | Partager

. Un nouveau produit appelé «Confort Créance» et géré par Sogefactoring . Il vise à intégrer davantage les PME/PMIDans un contexte économique particulièrement marqué par la crise et la concurrence, les entreprises sont souvent obligées d’accorder à leurs clients des délais de paiement. De fait, l’affacturage est considéré comme la meilleure solution pour financer ces décalages à répétition de trésorerie. Société Générale l’a bien compris et s’est attelée à diversifier son offre en proposant une nouvelle solution dédiée aux grandes entreprises et aux PME/PMI. Il s’agit de «Confort Créance», qui permet de sécuriser et d’externaliser la gestion du poste clients. Le management de ce nouveau produit est confié à «Sogefactoring», une ligne de métier créée en collaboration avec la Compagnie générale d’affacturage (CGA), qui reste une filiale à 100% du groupe SG et 4e sur le marché en France. «Via ce service d’affacturage domestique, Sogefactoring se verra confier une multitude de créances par les entreprises. Cette dernière prendra en charge le recouvrement en garantissant leur paiement dans les meilleures conditions», affirme Albert Le Dira’ch, président du directoire de Société Générale.Ainsi, l’offre Confort Créance prévoit deux types de contrats: avec ou sans recours.Le premier garantit les créances qui sont couvertes à 100% par Sogefactoring. Le deuxième, pour sa part, laisse le risque débiteur totalement à la charge du client.Une offre qui reste personnalisée selon les entreprises adhérentes. Ces dernières ont des besoins en trésorerie conséquents, avec des délais de paiement importants et donc un différentiel non négligeable entre charges et recettes. «Ce type de contraintes concerne surtout la grande distribution, l’industrie mécanique, le négoce et les sociétés d’informatique», indique Laurent Lemoine, directeur général adjoint à la CGA.Au niveau de la structure des prix de ce service, la commission de l’affacturage varie entre 0,5 et 2% du chiffre d’affaires, tandis que la commission de financement se situe entre 6 et 10% du CA. Le taux est défini en fonction de différents paramètres, notamment la taille des factures, les délais de paiement clients, etc.Rappelons que le marché du factoring au Maroc reste prometteur. Pourtant le volume global des créances «factorées» ne représente que 5% des encours de financements à court terme accordés aux entreprises (escompte, découvert…), alors que dans certains pays européens ce ratio dépasse largement les 30%.A. Ak. et M. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc