×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Société Générale, ce qui va changer

    Par L'Economiste | Edition N°:2423 Le 15/12/2006 | Partager

    . Un organigramme pour «raccourcir les circuits de décision». Efforts en direction des PME-PMILe Conseil de surveillance de la Société générale marocaine de banques (SGMB) vient d’approuver un nouvel «organigramme simplifié» de son fonctionnement. Ce dispositif vise, selon le communiqué, «à placer le client au centre de la relation service». Cet organigramme consacre le «déploiement de la stratégie offensive de la banque». Le fonctionnement de la SGMB est articulé désormais autour de trois types de structures, rattachées au Directoire.Les 4 «lignes de clientèles» regroupent les services des particuliers, des professionnels, les PME-PMI et les gestions privée et institutionnelle, les grandes entreprises et la banque de financement. La direction de ce dernier pôle revient à Khalid Chami, qui a été également nommé directeur général adjoint et membre du directoire. De plus, chacune de ces lignes est érigée en pôle autonome, avec ses ressources humaines dédiées pour plus de réactivité, mais aussi pour raccourcir les circuits décisionnels dans le traitement des dossiers clients. L’objectif est de lancer «des systèmes de gestion optimale» et se positionner en bonne place sur des niches aussi importantes que complexes comme le marché de la PME-PMI. D’ailleurs, la création dernièrement du pôle dédié à ce marché marquait un tournant dans la politique de la SGMB, qui a longtemps été la «banque des grandes entreprises». En atteste sa participation dans la dernière campagne de sensibilisation initiée par Bank Al-Maghrib, en collaboration avec le groupement des professionnels (GPBM), «pour un meilleur partenariat banques/PME».La SGMB offre ainsi aux opérateurs économiques de ce segment, couvrant près de 95% du tissu économique national, des gammes de produits et services sur mesure: une organisation par lignes de métiers favorisant le conseil et l’expertise, la mise à disposition d’un vaste réseau international. Pour optimiser cette offre, la banque met à contribution ses filiales et structures spécialisées aussi bien dans la gestion du parc automobile que le leasing immobilier et mobilier, les crédits d’investissements, ainsi que la gestion des placements des excédents de trésorerie. Et également un «accompagnement à l’international en matière de financement, d’encaissement, de réglementation, surtout dans les opérations commerciales» où celles-ci pèchent surtout par manque d’expérience ou de moyens, notamment dans leur activité import/export. En outre, «les fonctions de support», qui regroupent les activités support et maîtrise des risques, pour le compte de toutes les entités de la banque, comprennent six directions (relations humaines, risques, finance, inspection générale, communication, marketing) et un pôle secrétariat général. Selon la direction générale, cette segmentation «favorise une fluidité dans le traitement des dossiers». Pour elle, «cette organisation simplifiée permettra d’éviter les lourdeurs dans les procédures de traitement des dossiers». Le dernier changement, «le dispositif d’exploitation» qui place la SGMB au 4e rang du réseau bancaire national, pour ses 9 directions régionales et 217 agences spécialisées par type de clientèle. Ce dispositif, c’est également 5 espaces de gestion de patrimoine, 250 guichets automatiques bancaires et automates de change. La particularité de ce dispositif réside également dans la création de Sogetel, le 1er centre d’appel dédié à la relation bancaire au Maroc.


    4e banque au Maroc

    Dépôts. En hausse de près 18% en 2005. Cette performance, supérieure à celle du système bancaire, a été réalisée sur les deux marchés majeurs: particuliers et entreprises. - Crédits par caisse. Ils avaient progressé de plus de 20%, en 2005, essentiellement par les décaissements accordés aux grandes entreprises, ainsi que par  la bonne progression des encours de crédits immobiliers. L’encours global des crédits décaissés a augmenté: +19%.- Fonds propres. Ils ont été fortement renforcés en 2005 à 2,8 milliards de dirhams pour la SGMB, soit une évolution de +16% d’une année sur l’autre, et 3,3 milliards pour le groupe, soit +11%. -Total bilan. D’une année sur l’autre il a progressé de +20%, soit 33,2 milliards de DH à fin 2005. B. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc