×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    Société Anonyme et petits actionnaires

    Par L'Economiste | Edition N°:9 Le 29/12/1991 | Partager

    BEAUCOUP s'accordent à penser que la participation des salariés et des petits actionnaires à la vie de leur entreprise est indispensable à son développement. Mais pour qu'elle soit réelle, elle implique une participation au pouvoir, et c'est là que le bât blesse. Les esprits ancrés dans le passé, par intérêt, par habitude ou par âge, ne l'entendent pas ainsi. Ils devraient pourtant se rendre compte que le monde n'est pas statique. Au cours de ces dernières années, le savoir a été mieux partagé, l'information s'est considérablement développée, mais certains esprits et mentalités n'ont pas évolué. Les hommes et les femmes ne veulent plus seulement subir, mais aussi agir. Ils veulent que leur cito-yenneté soit reconnue dans l'entreprise, comme elle l'est dans la cité. La loi de démocratisation a permis de faire franchir un pas important à la participation, en permettant l'accès des salariés et des petits actionnaires au Conseil d'Administration de leur Entreprise. C'est une évolution fondamentale, ce n'est pas une révolution. Nous ne sommes pas, malheureusement, en avance dans ce domaine. Nous pensons particulièrement à une société de Casablanca dont le capital était partagé entre 3 personnes. L'un deux, ancien Président venait de mourir, le deuxième, par conflit avec le troisième a laissé à ce dernier les mains libres pour devenir Président-Délégué, agir et signer seul. La comptabilité est confectionnée de telle manière que les résultats de fin d'année sont équilibrés ou négatifs. Le commissaire aux comptes assiste au spectacle à la fois dramatique et comique par la mise en scène et les propos tenus par le Président Délégué. Quant au petits actionnaires, ayant acquis leur participation par héritage, ils ne sont pas reconnus, rejetés et presque avalés.

    Que pensent les esprits évolués et que doivent faire les "petits actionnaires" au moment où nous voulons enrichir et faire évoluer l'entreprise par la présence des administrateurs et des salariés avec les actionnaires? Quoique cette expérience soit encore récente, les administrateurs et les salariés, ont, par leur engagement personnel et leur connaissance du terrain, apporté un éclairage nouveau et dynamisé les conseils d'administration. Ces derniers ont besoin d'évoluer. Trop souvent, ils se comportent comme des chambres d'enregistrement de décisions déjà prises, alors qu'ils devraient être l'instance où se discute et se décide l'avenir de l'entreprise. Dans notre cas précis, le conseil d'administration est réduit à un seul membre décidant seul des mesures contenues dans le rapport du conseil qui sont proposées à l'assemblée générale. Celle-ci sera évidemment déserte. Toutes les personnalités désignées qui siègent dans nos conseils, même si elles sont éminentes, ne disposent pas toujours du temps nécessaire. Elles assument des responsabilités élevées et siègent, la plupart du temps, dans différents conseils; aussi, elles ne sont pas toujours au fait des problèmes particuliers d'entreprise, qu'elle ne connaissent pas suffisamment. Pour les leur faire mieux connaître, il serait souhaitable, d'abord pour notre cas précis, d'entreprendre un séminaire de formation dans le domaine des principes juridiques des relations entre actionnaires, les règles régissants l'éléction des membres des conseils d'administration, leurs pouvoirs et relations avec le commissaire au compte, rapport des bilans, etc...
    Nous limitons nos propositions et notre réflexion à cette société de Casablanca où certains principes les plus élémentaires sont bafoués, pour revenir aux normes et règles de gestion qui devaient, nous le pensons, être dans le sens d'un meilleur fonctionnement et d'une plus grande efficacité de nos conseils.

    A. BENJELLOUN
    Directeur Central de Banque

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc