×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

SNE/sup: Les islamistes jettent l'éponge

Par L'Economiste | Edition N°:1743 Le 08/04/2004 | Partager

. L'USFP maintient son emprise sur le syndicat . Les islamistes et le G5 se sont retirés avant l'élection de la commission administrative . Une réunion se tiendra dimanche prochain pour élire les membres du bureau Après 5 jours de tractation, le huitième congrès du Syndicat national de l'Enseignement supérieur (SNE/sup) a fini par élire les membres de la commission administrative. Présentée lors d'une conférence de presse hier au siège du syndicat à Rabat, la liste comprend 51 membres dont 6 femmes. Première remarque: les usfpéistes ont maintenu le contrôle sur le syndicat. Normal puisque leurs concurrents, les islamistes, ont préféré jeter l'éponge. La même décision a été prise par le groupe 5 (GSU, CNI, Avant-garde socialiste et démocratique, Annahj addimocrati et Fidélité à la démocratie). Mais pour Abdelhak El Mantrech, président du congrès et membre de la commission administrative de l'USFP, les choses s'expliquent autrement: «Nous étions ouvert à leurs propositions afin de préserver l'unité du syndicat, mais ils ont préféré claquer la porte». Il dit avoir été contacté par un porte-parole des deux pôles, les islamistes et le G5, qui lui aurait soumis une liste sur laquelle l'USFP détiendrait 40%, -20% de chacun des deux pôles-, le reste pour les autres composantes. De plus, ajoute le président, «les islamistes et le G5 ont voulu avoir un avant-goût de la composition de la commission et ce, avant l'adoption des rapports. Ces mêmes documents ont retardé la clôture des travaux prévue pour dimanche dernier. Ce retard est dû essentiellement à la polémique autour du mode de scrutin des rapports moral et financier. «Le G5 a demandé un vote à bulletin secret, mais les autres congressistes ont opté pour un vote public».Les discussions ont duré 9 heures: le vote secret est rejeté. Mais selon un communiqué du G5 parvenu à la rédaction, «l'élection des composantes du 8e congrès a été caractérisée par le non-respect des règles démocratiques lors de l'adoption des deux rapports». Si le président parle de retrait des protestataires du congrès et du syndicat, le communiqué n'évoque en aucun cas le retrait du SNE/sup. «Nous poursuivons notre combat au niveau des sections régionales et des conseils pour sauvegarder l'unité du syndicat», note-t-il. Toutefois, El Mantrech se dit prêt à revenir à la table des négociations. «Nous représentons la majorité qui s'est exprimée au mode de scrutin universel et nos portes resteront ouvertes même s'ils ont choisi une autre voie». Sur un autre plan, le président a précisé que les différents rapports émanant des cinq commissions représentant cinq thèmes prioritaires (réforme universitaire, recherche, revendications, formation des cadres et celle du rapport général) ont été approuvés par le congrès. Une réunion doit se tenir dimanche prochain pour élire les membres du bureau du syndicat. A. B. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]om
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc