×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    SM le Roi définit les grandes lignes de la réforme du CCDH

    Par L'Economiste | Edition N°:913 Le 11/12/2000 | Partager

    . Un prix des droits de l'Homme sera décerné chaque année. Le CCDH s'ouvre à de nouvelles personnalités intègres et combattants sincères des droits de l'HommeDu nouveau sur le front de l'élargissement du champ des droits de l'Homme et de leur sauvegarde. Le Souverain a choisi une date doublement significative pour annoncer les grandes lignes de la rénovation du Conseil Consultatif des Droits de l'Homme (CCDH). Un nouveau dahir, qui sera élaboré dans un proche avenir, en fixera les nouvelles attributions et les critères auxquels doivent répondre les prétendants à la qualité des membres de cette instance. Le dossier des droits de l'Homme ayant été largement épuré, il convient dans l'esprit de Sa Majesté de passer à la vitesse supérieure. Pour l'heure, la Commission d'indemnisation des victimes des disparitions forcées et la détention arbitraire, à laquelle un Hommage Royal appuyé a été décerné, verra ses moyens matériels et humains renforcés pour clôturer définitivement ce dossier de manière «la plus équitable et la plus civilisée«. Le credo Royal a été réitéré: l'Etat de droit est le « meilleur rempart contre toutes les formes d'abus«. SM le Roi a assuré qu'il sera «constamment à l'avant-garde des défenseurs de la consolidation des droits de l'Homme, le recours sûr pour protection et le garant de la mise en oeuvre« des avis consultatifs du Conseil. Dans sa nouvelle composition, le CCDH doit intégrer des personnalités connues pour leur «impartialité, intégrité, compétence intellectuelle et pour leur attachement sincère aux droits de l'Homme«.On ne sait pas pour l'instant si le dosage actuel sera maintenu entre les membres du gouvernement et les représentants des partis politiques. Quelle part aura la société civile, quel sera le quota de la personnalité indépendante? En tout cas, le Maroc se sent fort de ses acquis au point d'instituer un prix des droits de l'Homme qui sera décerné chaque année à une personnalité ou une organisation marocaine ou étrangère. Celle-ci sera distinguée par son action dans ce domaine. Quant aux nouvelles prérogatives du CCDH, elles se résument, outre ses avis consultatifs sur les questions qui lui sont soumises, en l'examen des cas de violation des droits de l'Homme, «la présentation de recommandations à leur sujet, l'harmonisation de la législation nationale avec les conventions internationales des droits de l'Homme, la diffusion de la culture des droits de l'Homme et le développement de la coopération internationale du Royaume dans ce domaine«. Mention est également faite du cas des Marocains séquestrés à Tindouf.En résumé, le Souverain a affirmé qu'il ne s'agit «point de réduire la question des droits de l'Homme à la seule liquidation des séquelles d'une certaine conjoncture, mais d'en rehausser l'approche au point de les consacrer en tant que culture dont l'enracinement implique un combat quotidien et des efforts inlassables«.Rappelons que SM le Roi a prononcé une allocution samedi 9 décembre à Rabat à l'occasion du 10ème anniversaire de la création du CCDH qui coïncide avec la célébration de l'anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc