×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Sistep, coup d’envoi réussi

Par L'Economiste | Edition N°:2418 Le 08/12/2006 | Partager

. Un salon au succès international. Sous-traitance : Attention aux normes!Le Sistep s’est ouvet avec plus d’une quinzaine de nationalités représentées, sur des secteurs aussi variés et complexes que la mécanique, la métallurgie, les plastiques et caoutchouc mais aussi l’électricité et l’électronique. Les négociations pour de futures entreprenariats sont allées bon train pour l’inauguration du Sistep(1) mercredi soir.«Ça commence très bien », déclare Jaouad Squalli, directeur administratif et financier de Rosca Maroc. Cependant, pour cet entrepreneur marocain qui a construit une usine à Fès de robinetterie, les problèmes de concurrence déloyale sont encore de mise. «L’Etat doit plus s’investir dans l’élaboration de normes qui limiteraient l’entrée de produits nocifs dans le pays». Ce sous-traitant marocain déplore que le consommateur s’oriente toujours autant vers les productions de basse qualité venues d’Asie. «Nous avons envoyé un robinet importé de Chine dans un laboratoire à Casablanca. Les analyses ont démontré la présence dangereuse de produits cancérigènes. C’est très grave». Squalli n’est pas le seul entrepreneur à faire face à des augmentations importantes de leurs matières premières, «le prix du cuivre a triplé en moins d’un an, comment voulez-vous rivaliser avec des produits qui ne répondent à aucune norme de qualité ou de sécurité?». Le Sistep va ainsi permettre à ces entrepreneurs marocains comme Squalli, de faire connaître le nom et la qualité de leurs produits, à des donneurs d’ordre venus du monde entier.Moins chère qu’en Europe mais plus chère qu’en Asie, la sous-traitance au Maroc ne manque pas d’avantages. C’est en tout cas ce qui a motivé le déplacement du vice-président de l’association des entreprises de Venise, Fabrizio Bettiol.«Le Maroc est le pays touristique d’Afrique du Nord où les investissements sont les plus importants». Pour les entreprises italiennes, les opportunités ne manquent pas, surtout dans le domaine de la construction d’infrastructures et du bâtiment. «En plus, c’est une plateforme importante pour accéder au grand marché espagnol», ajoute-t-il, heureux d’être présent à un salon qu’il qualifie de «prometteur».Interrogé sur ses ambitions futures s’il s’installait au Maroc, l’entrepreneur italien assure que le but n’est pas de profiter d’un marché de la sous-traitance très avantageux: «Si nous produisons ici, ce ne sera pas pour exporter à l’étranger mais pour desservir exclusivement le marché marocain». Autre nationalité, autre son de cloche. Pour Stéphane Angers, responsable des salons professionnels pour la chambre régionale de commerce et d’industrie de Franche-Comté, l’importante présence internationale à ce type de salon est la conséquence logique d’une mondialisation croissante. « Les pays d’Afrique et surtout du Maghreb sont encore émergents. Les potentialités pour des marchés encore sans débouchés sont très attractives pour des entreprises comme les nôtres qui ont de l’expérience et du savoir-faire». Sans langue de bois, Angers a expliqué que les possibilités de baisse des coûts de sous-traitance offertes par le Maroc permettaient de compenser la hausse importante des matières premières.Pour la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca (CCISC), le Sistep est un événement à encourager, car « ce salon motive les entrepreneurs marocains à aligner leur compétitivité sur celle des entreprises internationales », déclare avec un grand optimisme une responsable de la CCISC. Les principaux concernés sont prévenus ! Najlae NAAOUMI--------------------------------(1) Salon international de sous-traitance, d’approvisionnement et de partenariat à Casablanca (Voir article du 06/12 p.6)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc