×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Sinistrés de Derb Soltane: Remise de 49 clefs

    Par L'Economiste | Edition N°:324 Le 02/04/1998 | Partager

    Deux ans après les inondations de Derb Soltane à Casablanca, les familles sinistrées commencent à voir le bout du tunnel. Une quarantaine de familles viennent d'être relogées. Les autres, plus de 600, devront attendre leur tour.


    C'est le bout du tunnel pour 49 familles sinistrées des inondations de Derb Soltane à Casablanca. Fini le séjour forcé dans les écoles. Elles ont maintenant leur logement. La remise des décisions d'attribution a été effectuée par la Préfecture de Derb Soltane El Fida lundi 23 mars, au cours d'une cérémonie au siège de la préfecture.
    Les logements ont été livrés par la Sonadac dans le cadre de son projet Nassim dans la Commune de Lissasfa.

    Un fonds de subvention


    La superficie des appartements est comprise entre 27 et 57 mètres carrés. En tenant compte des parties divises (espace collectif: terrasse, escalier, entrée principale...), la superficie augmente, assurent les responsables de la préfecture. Ces logements auront coûté à leurs nouveaux propriétaires entre 90.000 et 145.000 DH. Les bénéficiaires apportent une avance, souvent de 30% du montant global. Le reste peut être financé par crédit CIH.
    En réponse au besoin de financement qu'ont ces familles, la Communauté Urbaine et les communes de Casablanca avaient constitué un fonds de subvention géré par une commission composée de la Préfecture, des communes et des représentants des sinistrés. L'enveloppe globale s'élève à quelque 15 millions de DH. Ce fonds appuie les familles (mais pas toutes, puisque c'est en fonction des capacités financières) pour constituer leur avance. L'aide de 20.000 DH est uniforme.
    Il était temps. Car ces logements étaient attendus depuis juillet dernier par 350 bénéficiaires sur quelque 700 sinistrés(1). Mais, selon les services de la Préfecture, des problèmes techniques ont retardé l'opération. Et ce n'est finalement que 49 familles qui en bénéficient pour le moment. Selon la Préfecture, elles ont été choisies parmi les plus nécessiteuses et aussi parmi celles dont les habitations ont été entièrement détruites suite aux inondations.

    Plus de 600 autres familles devront attendre leur tour. Selon la Préfecture, les constructions sont à un stade très avancé.
    En attendant, ces sinistrés continueront à vivre dans des conditions indécentes. Ils auront passé pour la plupart 27 mois dans des écoles, logés par groupes de quatre ou cinq familles dans des salles de classes(2). Ils sont répartis dans cinq établissements scolaires. Leurs vieilles bâtisses, particulière-ment dans le Quartier Boujdour de la Commune de Bouchentouf, n'ont pu résister aux pluies torrentielles du début de l'année 1996.

    Moins de 200.000 DH


    La préfecture de Derb Soltane et la Commune de Bouchentouf se sont associées pour reloger les familles. Dans le programme Nassim de la Sonadac (de 2.000 logements au total), 400 sont destinés aux sinistrés. 49 ont donc déjà été livrés.
    Si la superficie de ces 49 appartements est comprise entre 27 et 57 mètres carrés, les fractions prochaines peuvent être de superficie «plus grande» (entre 30 et 60 mètres carrés), d'après les cadres de la Préfecture.
    Un deuxième programme vient renforcer celui de la Sonadac. C'est le projet de l'ANHI (Agence Nationale de lutte contre l'Habitat Insalubre), Omar Ibn El Khattab dans la Commune de Drissia. Ce dernier devra aller aux familles dont le revenu est relativement plus élevé. 217 familles sont concernées. Les appartements comprennent chacun trois pièces avec une superficie allant de 61,5 à 68,5 mètres carrés. Les prix sont plus élevés mais n'excèdent pas les 200.000 DH, est-il indiqué.

    Malika EL JOUHARI

    (1) Cf L'Economiste du 9 janvier 1997.
    (2) L'infrastructure scolaire dépasse les besoins de la zone, selon les responsables de la Commune Bouchentouf. Le territoire de la Commune dispose de 142.000 mètres carrés d'établissements scolaires. Des classes primaires accueillent à peine 7 élèves.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc