×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Sincomar sous les tirs croisés des créanciers

Par L'Economiste | Edition N°:711 Le 24/02/2000 | Partager


· Les enchères publiques du mobilier, prévues hier, ont été bloquées par le personnel de Sincomar
·De nouveaux créanciers sont entrés en scène pour des dettes avoisinant les 18 millions de DH


Les événements se précipitent pour Sincomar. La société semble sur le point de resombrer dans ses malheurs d'avant le plan de sauvetage, décidé par le gouvernement Youssoufi.
La Cour d'Appel de Casablanca a rejeté mardi la demande présentée par la société pour suspendre l'exécution du jugement prononcé contre elle en faveur de l'un de ses créanciers. En conséquence, la vente judiciaire aux enchères publiques de son mobilier a été maintenue pour hier, mercredi 23 février, pour régler la créance due à l'un de ses avocats (près de 1,2 million de DH, libellés en traites).
L'huissier s'est donc présenté à Sincomar hier à 11 heures pour procéder à la vente mobilière, mais celle-ci n'a pas eu lieu. Les employés de Sincomar se sont en effet mobilisés, avec banderoles pour empêcher l'huissier de procéder aux enchères. Celui-ci a adressé un PV au Parquet de Casablanca demandant recours à la force publique pour exécuter la décision du tribunal. En tout cas, la vente mobilière promet donc une glissade vers un conflit social très délicat.
Devant ces nouveaux développements, d'autres créanciers sont entrés en scène pour faire valoir leurs dettes. C'est le cas notamment de la CNSS qui a saisi le Tribunal de Première Instance de Casablanca pour garantir sa dette envers Sincomar. En effet, les arriérés de la Caisse qui s'élèvent à 11.721.096,83 DH n'ont pas encore été payés.
Par ailleurs, le Crédit du Maroc, qui fait ainsi défection au consortium engagé pour le sauvetage de Sincomar, semble revenir sur ses intentions. La banque a réagi, par avocats interposés, pour faire valoir son droit de créancier privilégié. La créance de l'établissement financier, évaluée à près de 6 millions de DH, est en effet protégée par un contrat de nantissement inscrit au Registre de Commerce sous le numéro 5841.
Si la situation ne se règle pas rapidement, il est clair que d'autres créanciers entreront bientôt dans la danse. Et la liste est longue. Sincomar retombera ainsi dans l'impasse d'avant.
Mauvaise gestion et détournements de fonds avaient conduit l'entreprise au bord du gouffre. La production s'est arrêtée durant tout l'exercice 99 et les salaires des employés n'ont pas été versés.
Ce n'est qu'avec la signature du protocole d'accord en mai 1999 sur la restructuration de Sincomar qu'ils ont pu respirer. Une commission interministérielle, présidée par le Premier ministre, M. Abderahman Youssoufi en personne, a pu ainsi convenir avec les principales banques créancières d'un schéma pour sortir Sincomar de l'impasse.


Plan de sauvetage

Le consortium bancaire, composé du Crédit du Maroc, de la BMCI, de la BMCE, de la BCM et de Wafabank qui est chef de file, s'est ainsi engagé à devenir actionnaire des deux tiers de la société tandis que le reste revenait à la Sodea.
En fait, l'opération de sauvetage validée par le gouvernement en mai prévoyait une consolidation des crédits avec une recapitalisation de l'ordre de 20 millions de DH qui devait être effectuée par la Sodea. Quant aux banques, elles se sont engagées à abandonner le tiers de leurs créances pour environ 40 millions de DH. De même pour les pouvoirs publics qui devaient abandonner une partie du passif fiscal évaluée à 40 millions de DH. Pour le reste du passif bancaire, le tiers devait être consolidé et le reste capitalisé.
L'échec de l'appel introduit par Sincomar remet donc en question tout l'édifice de la restructuration.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc