×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Sidi Ifni: 120 millions de DH pour l'extension du port

Par L'Economiste | Edition N°:589 Le 07/09/1999 | Partager

De notre envoyé spécial, Aniss MAGHRI

· Les ouvrages permettront d'augmenter la capacité d'accueil et de réception

· Les travaux doivent s'achever en septembre 2000


Les ministres de l'Equipement et de l'Agriculture ont donné le 1er septembre le coup d'envoi pour l'extension du port de Sidi Ifni(1). Le coût de cet agrandissement est estimé à 120 millions de DH financés en totalité par le Budget général de l'Etat. Selon la Direction des Ports et du Domaine Maritime Public, ces travaux s'imposent «du fait que les installations actuelles s'avèrent insuffisantes et n'accompagnent plus le développement rapide de la flotte de pêche fréquentant Sidi Ifni».
Les ouvrages programmés pour ce port situé sur l'Océan Atlantique à 160 km au Sud d'Agadir permettront, outre l'impact socio-économique sur la région sud, d'augmenter la capacité d'accueil du port en flotte de pêche (principale activité économique de la région). Autre objectif poursuivi, l'amélioration des conditions de travail des pêcheurs et de la sécurité de navigation dans le port lui-même et dans le chenal d'accès. En général, «cette extension devra accompagner le développement du secteur de la pêche et encourager les investissements dans la région», indiquent les responsables de la Direction des Ports. Ainsi, la capacité d'accueil sera portée de 80 à 160 bateaux de pêche côtière et 130 canotiers avec la possibilité de réception de bateaux hauturiers. La capacité de réception passera également de 20.000 à 55.000 tonnes et les jours d'inactivité seront ramenées de 50 en moyenne à 5-10 jours.

La fin des chantiers est prévue pour septembre 2000. Les bureaux d'étude et de contrôle sont respectivement la Sogreah (France) et le Laboratoire Public d'Essais et d'Etudes (LPEE). La société chargée des travaux est la Somagec. Elle devra notamment réaliser une contre-digue de 190 mètres et une traverse de 360 mètres sont également programmés la construction de quais, d'un mur de clôture ainsi que le dragage d'un nouveau bassin de cinq ha en plus de la viabilisation de terres-pleins.


Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc