×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Sida: Les USA arrêtent une étude en raison de risques

Par L'Economiste | Edition N°:2197 Le 20/01/2006 | Partager

. 5.500 malades concernés dont des Marocains L’Institut national américain des maladies infectieuses (NIAID) a mis fin à un essai clinique international après que des examens eurent indiqué un accroissement des risques pour les malades du sida suivant une thérapie antirétrovirale de façon intermittente.Après des analyses de routine en janvier, le NIAID a conclu que ceux prenant ces médicaments seulement quand leur système immunitaire s’affaiblissait voyaient le risque d’être plus malades ou de décéder doubler comparativement à ceux absorbant ces cocktails d’antirétroviraux très actifs deux fois par jour, a indiqué un communiqué.Des études plus réduites avaient laissé penser que des malades du sida pouvaient en toute sécurité cesser momentanément de prendre leur médicament sous étroite surveillance médicale tout en continuant à contrôler le virus du sida dans leur organisme. Les médecins du Niaid ont aussi constaté «un accroissement de complications graves d’ordre cardiovasculaire, rénal et hépatique». Le Niaid a informé la semaine passée les médecins participant à cette étude de recommander une trithérapie antirétrovirale à plein temps pour tous les participants.«Cette étude internationale montre l’efficacité d’une stratégie de suppression de la charge virale» avec des antirétroviraux et «il n’est pas prudent de prendre ces médicaments de façon intermittente», écrit le NIAID.Ces conclusions sont un revers pour les partisans de cette approche qui cherchaient à optimiser ces traitements antirétroviraux coûteux surtout dans les pays les plus pauvres où le sida est une pandémie.Cette vaste étude, baptisée Smart (Strategies for Management of Anti-Retroviral Therapy), avait débuté en 2002 et comptait au début 2006 près de 5.500 participants répartis dans 33 pays dont les Etats-Unis, l’Argentine,  l’Australie, le Canada, le Brésil, la France, l’Allemagne, le Japon, le Maroc, la Russie, l’Afrique du Sud et la Thaïlande. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc