×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    SGS-Thomson: 60 millions de Dollars pour une extension

    Par L'Economiste | Edition N°:273 Le 27/03/1997 | Partager

    La société SGS-Thomson a procédé à l'extension de son site d'Aïn Sebaâ. Ses investissements ne s'arrêtent pas là. 300 autres millions de Dollars sont prévus pour l'année prochaine et concernent notamment le site de Bouskoura.


    L'extension de l'usine de SGS-Thomson à Aïn Sebaâ vient d'être inaugurée le 25 mars en présence de Son Altesse Royale le Prince Hériter Sidi Mohammed. Ce sont quelque 60 millions de Dollars qui ont été déjà investis dans la construction et l'équipement de cette extension. Le site occupe désormais 26.000 m2 de surface couverte. L'usine va disposer d'une capacité lui permettant d'assembler et de tester un milliard de composants par an.
    M. Pasquale Pistorio, président-directeur général de SGS-Thomson Microelectronics, souligne que «l'extension du site d'Aïn Sebaâ est un témoignage important du succès remporté à Casablanca». Il ajoute que «ce site a su profiter des ressources complètes et du vaste savoir-faire de la société mère pour s'imposer comme un fournisseur de premier plan auprès de la clientèle internationale».
    Pour sa part, M. Driss Jettou, ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, a mis en exergue les répercussions positives du programme d'investis-sement de SGS-Thomson sur l'emploi, les exportations et l'introduction de nouvelles technologies de pointe au Maroc.

    Selon le directeur général de SGS-Thomson Microelectronics, les investissements effectués au Maroc depuis l'installation de la société s'élèvent à près de 160 millions de Dollars avec une accélération ces 5 dernières années. Quelque 300 millions de Dollars sont prévus pour les futurs investissements du groupe au Maroc, avec une cadence de l'ordre de 50 millions par an. Il s'agit notamment du projet d'extension du site de Bouskoura. M. Pistorio affirme que, si la production continue sur le même rythme, ce projet pourra être concrétisé au terme du premier trimestre de l'année prochaine.
    M. George Auguste, directeur général de SGS-Thomson Maroc, indique pour sa part qu'au cours des dernières années le groupe a investi 100 millions de Dollars au Maroc: 25 millions sont allés aux bâtiments et 75 millions à l'équipement.

    Personnel qualifié


    Au niveau de tout le groupe, il a été investi 2 milliards de Dollars à raison de 1 milliard par an. 20% de ce montant a été alloué aux usines de back-end, procédure consistant à monter la puce sur son boîtier et la tester. A noter que SGS-Thomson Maroc fait partie des cinq installations de back-end du groupe. M. Pistorio estime que le Maroc ne dispose pas encore d'infrastructures compatibles avec la phase appelée front-end. Cette dernière consiste à réaliser la photogravure de la puce sur le silicium. Il ajoute que, pour développer ce genre d'activité, un marché local s'avère nécessaire. La Maroc fait défaut à cette condition, contrairement à Singapour qui constitue «un marché énorme».
    Selon M. Auguste, la filiale marocaine réalise une valeur ajoutée de 520 millions de DH et 15% du chiffre d'affaires des usines d'assemblage.

    Pour les dirigeants du groupe, SGS-Thomson Maroc dispose d'atouts lui permettant d'être plus compétitive que d'autres filiales. Il s'agit notamment de la proximité de l'Europe et du coût.
    Ainsi, le Maroc est comparable à la Malaisie en termes de coûts, est-il précisé. Le coût de l'heure de travail est de 3,2 Dollars au Maroc et de 2,9 Dollars en Malaisie. La Chine reste le pays au coût le plus faible avec 1 Dollar/heure. M. Pistorio reconnaît que la Malaisie dépasse le Maroc en termes d'investissements cumulés. Mais ces dernières années les investissements effectués au sein de la filiale marocaine sont supé-rieurs à ceux consacrés à la Malaisie.
    Par ailleurs, SGS-Thomson Maroc vient en seconde position en termes d'effectifs après la Malaisie. De même pour les pièces produites. Autres avantages, selon M. Pistorio, la qualification du personnel.
    En effet, le site d'Aïn Sebaâ compte 1.700 personnes dont 350 ingénieurs et techniciens qualifiés. En outre, le personnel est caractérisé par une grande stabilité.
    La société peut donc sérieusement investir dans la formation. Aussi la société SGS-Thomson offre-t-elle chaque année en moyenne 160 heures de formation à ses opérateurs.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc