×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

Semi-conducteurs: SGS-Thomson sort du rouge

Par L'Economiste | Edition N°:67 Le 18/02/1993 | Partager

Le fabricant franco-italien de puces SGS-Thomson, treizième constructeur mondial, a clos son exercice 1992 sur un résultat net positif de 3 millions de Dollars, contre une perte nette de 102 millions de Dollars en 1991. Entre 1990 et 1991, les pertes cumulées du groupe, numéro deux européen derrière Philips, atteignaient environ 200 millions de Dollars. Son résultat opérationnel s'est élevé à 127 millions de Dollars, contre 3 millions en 1991. En hausse de 12%, son chiffre d'affaires s'est établi à 1,6 milliard de Dollars.

SGS-Thomson, dont les frais financiers restent toujours importants, a en outré réduit son endettement. Celui-ci est passé de plus de 900 millions de Dollars en 1991 à 808 millions l'année suivante.

Satisfait de ce redressement, intervenu cinq ans après la "fusion difficile" entre le français Thomson Semi-Conducteurs et l'italien SGS-Microelectronica, le président de SGS-Thomson, M. Pasquale Pistorio, estime que sa firme est "la fusion la plus réussie parmi les quatre réalisées dans l'industrie des semi-conducteurs entre 1986 et 1989".

Depuis sa création en 1897, le groupe a été profondément restructuré sur les plans commercial, industriel et technologique. Le nombre de sites industriels est tombé à 15 au lieu de 22. Cette année, SGS-Thomson compte poursuivre son redressement et profiter de la "forte croissance du marché aux Etats-Unis et dans la région Asie-Pacifque", deux régions où il est bien implanté.

Le groupe, qui réalise 45% de son chiffre d'affaires en dehors de l'Europe, table à long terme sur une part de marché mondiale de 5% contre 2,7% aujourd'hui. Avant de réaliser cet objectif, il faut lui d'abord augmenter son capital de 500 millions de Dollars. Cette augmentation à parts égales entre les actionnaires français (CEA-Industrie, Thomson CSF, France-Télécom) et les actionnaires italiens (IRI).

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc