×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Selon le rapport 1995 de la CNUCED : Le Tiers-Monde n'est pas responsable du chômage dans l'OCDE

    Par L'Economiste | Edition N°:196 Le 21/09/1995 | Partager


    "On s'est trompé de coupable", affirme la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (Cnuced) en analysant les causes du chômage dans les pays industrialisés.
    Dans son rapport 1995, l'Organisation note que le chômage des pays de l'OCDE n'est pas imputable aux importations bon marché en provenance des pays du Tiers-Monde. "Ce serait une erreur, tant pour les pays industrialisés que pour les pays en développement, de faire un rapprochement entre commerce et conditions d'emploi", est-il précisé.
    Pour appuyer sa thèse, la Cnuced met en avant trois critères. D'abord, la montée du chômage dans les pays riches ne correspond pas forcément aux phases d'accélération des importations; ensuite, les pertes d'emplois touchent aussi bien les secteurs d'activité où la main-d'oeuvre n'est pas qualifiée que ceux où elle l'est; enfin, rappelle l'Organisation, les recettes d'exportations des pays du Tiers-Monde retournent pour une bonne partie aux pays industrialisés.

    C'est donc "du côté des politiques monétaires et budgétaires" mises en oeuvre par les pays industrialisés qu'il faut rechercher "la véritable cause du chômage", estime la Cnuced. Pour avoir triplé en deux décennies, les taux d'intérêt ont "mis les économies sur la voie d'une croissance lente où la faible progression de la demande et l'expansion potentielle limitée de la production se sont entretenues l'une l'autre".
    Pour remédier à cette situation, la Cnuced propose de définir "une priorité immédiate" consistant à donner un coup de fouet à la croissance en vue de l'établir à un minimum de 2,5%, et ce, via l'investissement. A cet effet, il est suggéré d'arrêter une "stratégie générale" de baisse des taux d'intérêt et d'un prélèvement unique et non renouvelable sur la richesse dans le but de réduire l'endettement des Etats, notamment.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc