×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Selon la Bundesbank : L'Allemagne, premier créancier après le Japon

    Par L'Economiste | Edition N°:215 Le 01/02/1996 | Partager


    L'Allemagne reste l'un des principaux pays créanciers du monde, selon la Bundesbank. Dans son dernier rapport mensuel, la Banque centrale indique que les avoirs extérieurs nets détenus par l'Allemagne sur l'étranger sont de l'ordre de 284 milliards de Marks (1DM=5,93DH). Avec 689 milliards de Dollars (1$US=8,54DH) en 1994, le Japon se place en tête alors que les Etats-Unis sont débiteurs de quelque 681 milliards de Dollars.
    Cependant, depuis l'unification avec l'ex-RDA en 1990, le montant des créances a dégringolé de 40%. Une chute que la Bundesbank explique par les besoins de financement de l'unification et qui s'est traduite par une importante détérioration de la balance des paiements courants à partir de 1991. En 1989, cette balance a dégagé un surplus de 100 milliards de Marks avant de devenir déficitaire d'environ 30 milliards par an.

    En outre, la Buba a relevé l'impact de l'appréciation du Mark par rapport au Dollar essentiellement et évalue à 79 milliards les pertes de change affichées depuis fin 1991.
    Côté dettes, l'Allemagne détenait à l'étranger quelque 2.017 milliards de Marks fin 1995, soit 770 milliards ou 61,7% de plus qu'en 1991. Dans le même temps, les déficits de la balance des paiements observés sur cette période sont négligeables. "L'expansion dynamique du bilan passif s'explique en priorité par la confiance des investisseurs internationaux dans les perspectives de l'économie allemande et la stabilité de sa monnaie", note le rapport mensuel de la Buba, cité par Les Echos.
    Pour ce qui est du patrimoine des Allemands à l'étranger, celui-ci a crû moins rapidement, passant de 564 à 2.301 milliards. Cette hausse est imputable à l'engagement croissant des banques sur les marchés américain et européen et à l'engouement des ménages et des entreprises pour les certificats d'investissement.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc