×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Séisme d'El Hoceïma
    Les réactions des simples citoyens

    Par L'Economiste | Edition N°:1715 Le 01/03/2004 | Partager

    . La boîte à courrier du site Web de L'Economiste a très rapidement débordé de vos réactions. Dans presque tous les messages, des condoléances qui sont venues et continuent de venir du monde entier, prioritairement de Marocains naturellement. Ensuite, viennent des critiques, puis les critiques de ces critiques, parfois très virulentes. Enfin, des comparaisons avec ce qui se fait ailleurs en cas de catastrophe naturelle et le rappel que le Maroc n'est pas un pays riche.Voici un choix de vos réactions.. ReconnaissanceTout d'abord en tant que Marocaine, je partage le deuil de tous mes frères sinistrés lors de cette catastrophe. Les images diffusées à la télé sont désolantes et font mal au cœur. Mais ceci ne nous empêche pas d'être reconnaissant vis-à-vis de ces gens (secouristes), qui mettent leur vie en danger pour essayer de trouver des survivants. Ça me désole de lire certaines critiques à propos des secours. Les gens qui regardent la télé n'ont aucune idée de leur lourde tâche: ils travaillent parfois 24 h/24h. Je comprends parfaitement la douleur des habitants de certaines régions qui ont manifesté leur mécontentement en bloquant l'accès à leur village… En tout cas, merci pour ces braves secouristes!Jihan. Pour un deuil national Pourquoi ne pas déclarer un deuil national. Ce sont 600 personnes qui ont perdu la vie; ce n'est pas peu. La zone sinistrée compte entre 300.000 et 400.000 habitants. On ne connaît pas encore exactement le nombre des familles sinistrées. Alors rendons hommage à ces familles et au Maroc. Un deuil de 3 jours devrait être décrété par les autorités. C'est mon avis et j'espère que je n'ai pas tort. Mes Condoléances.F. M., citoyen. ExplicationMes condoléances aux familles des victimes et quand on aura dépassé cette catastrophe, il faudra expliquer aux familles des victimes: Pourquoi des maisons se sont effondrées alors que celles d'à côté sont restées intactes? Y a-t-il un budget en cas de catastrophe? Comment verser des dons à partir de l'étranger?L'Association des Marocains d'Angleterre. Médias françaisMes sincères condoléances à toutes les familles marocaines touchées par cette catastrophe.Je ne voudrais pas polémiquer mais on entend des choses pas très agréables sur le déroulement des opérations de secours sur les ondes radios: retards (on peut comprendre les difficultés), désorganisation, retour des équipes étrangères chez elles (cas de l'équipe espagnole) et bien sûr mécontentement de la population sur place. Il faut que le gouvernement prenne à bras-le-corps la communication aussi (pour répondre à ceux qui salissent l'image du pays) et surtout qu'il dise la vérité au lieu de tout va bien, comme d'habitude, et que nous maîtrisions la situation. Bon courage à tous ceux qui sont sur place.Ici et dans toutes les villes d'Europe, les Marocains se mobilisent et font le maximum.Hicham (Lille)


    Moi qui suis médecin sur place…

    J'ai découvert un autre Maroc à la télé... une désolation et surtout une torpeur. Nous, les Marocains, nous manquons cruellement de bon sens (à mon avis, bien sûr ) et les critiques fusent de partout, mais que faisons-nous sauf critiquer? C'est si facile de sortir deux ou trois mots: Celui-ci est coupable, celui-là l'est moins, simplement juges et critiques mais jamais concernés. Je suis médecin et je suis à Imzouren (on a évacué un malade à Tanger et j'en profite pour lancer ce SOS), la situation est catastrophique: tout manque cruellement, mais les aides sont là et il faut savoir une chose: elles sont réelles, peut-être insuffisantes, mais j'ai toujours eu l'impression que nous oublions qu'on est un pays du tiers-monde... joliment appelé pays en voie de développement. Les failles existent partout dans tous les systèmes, mais je voudrais simplement qu'on aille au-delà de cela parce qu'on est Marocains, on aime ce pays mais l'inertie nous accable. Les gens dorment sous la pluie et le froid, ils sont terrorisés. Les secousses sont très violentes encore, ce n'est pas Monsieur le Ministre qui va sauver tout ce monde; parce que moi, je n'attendrais pas Monsieur le Ministre pour réagir! Alors vous qui aimez ce pays, réagissez, faites don de votre sang! (on en a cruellement besoin). Mobilisez-vous! collectez de l'argent! donnez un pull, un manteau, vous sauverez une vie! Mille mercis à vous tous et priez pour eux, priez pour nous!Zineb


    Information et réponse

    - Je suis rentrée du boulot et quand j'ai appris la mauvaise nouvelle, j'ai allumé la télé. A ma grande surprise, les télés marocaines étaient complètement déconnectées de ce qui se passait. Même les télés arabes. Ça m'a fait mal au cœur. A quand un professionnalisme de nos médias? Sur 2M, le présentateur n'avait même pas de quoi meubler ses commentaires, et non la maîtrise du direct.Yamna- Qu'est-ce que vous dites? Non, non pas jusque-là! L'information a été diffusée depuis l'aube sur Médi1. Seulement, il y a des gens qui ont toujours leur télé branchée sur d'autres chaînes étrangères. Moi, on m'a dit ce matin-là: On a dit à El Arabia qu'il y a eu un séisme... mais j'ai dit oui je le savais depuis 6h du matin, bien avant vous. Ne méprisons pas nos médias plus qu'il ne le faut. Soyons justes: 2M fait des efforts énormes pour diffuser les informations à temps, et qui connaît la géographie de cette région ne dirait pas un mot.Laïla

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc