×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Sefrou entame sa mise à niveau urbaine

    Par L'Economiste | Edition N°:3140 Le 30/10/2009 | Partager

    . 45 millions de DH pour les projets de la ville. Espaces verts, voiries et éclairage public… en prioritéDIRIGÉ par Abdellatif Maâzouz, l’actuel ministre du Commerce extérieur, le Conseil municipal de la ville de Sefrou a voté un budget de 45 millions de DH, au titre de l’année 2010. De fait, plusieurs projets sont inscrits sur l’agenda du Conseil communal. Y figure l’aménagement des espaces verts, les voiries et l’éclairage public. Pour ce dernier volet, 900 points lumineux ont été installés durant les trois derniers mois, indique Maâzouz. Et d’ajouter que son conseil ne ménagera aucun effort pour que la ville retrouve son lustre d’antan. A commencer par les espaces de verdure. Ainsi, désormais, tous les espaces verts seront entretenus et protégés. «Nous encourageons l’implantation des arbres fruitiers et surtout celle du cerisier», dit le président du Conseil. L’autre priorité est celle relative à la lutte contre les nuisances visuelles. A cet égard, la police municipale est chargée de reloger les marchands ambulants. Ses premières sorties ont vite donné leurs fruits. Désormais, la place Bab Lamkam est assainie. Le reste de la médina connaîtra le même sort, rassure le responsable de la ville. Pour Abdesslam Zougar, gouverneur de la province de Sefrou, l’autorité participera au développement de la ville à travers la lutte contre l’habitat insalubre, la restructuration et l’animation culturelle. A ce titre, la province veut réactiver plusieurs festivals et à leur tête la fête des cerises. «Nous envisageons la création d’une association qui gérera l’ensemble des manifestations», note Zougar. Pour lui, c’est de cette manière que la ville pourrait attirer des touristes potentiels. A noter que le territoire de cette province dispose d’un arrière-pays qui reste mal exploité. Outre les projets municipaux, la ville bénéficie d’un programme de mise à niveau urbaine. Un programme qui a été lancé en mars 2008. L’objectif étant de redorer l’image de la capitale des cerises, longtemps oubliée. D’un coût global de 467 millions de DH, ledit programme s’étend jusqu’à 2010 et prévoit des projets structurants. Y figurent la réhabilitation du tissu urbain ancien, le renforcement de l’offre en matière d’habitat et l’éradication des bidonvilles. Ces projets associent le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace, la Direction générale des collectivités locales, le Fonds d’équipement communal, le Conseil préfectoral et la commune urbaine. Tous ces partenaires ont signé une convention pour rassembler près de 146 millions de DH, dédiés à ces différents projets. Lesquels portent notamment sur des travaux de voirie (27 km), l’aménagement d’espaces verts, le renforcement de routes (25 km) et la rénovation et l’élargissement du réseau de l’éclairage public. La réhabilitation des monuments et quartiers historiques de l’ancienne médina et d’El Kelaa, la restructuration des quartiers sous-équipés, l’assainissement et la protection contre les inondations de certains quartiers sont également au programme. «Ces chantiers sont réalisés selon une approche participative impliquant tous les intervenants», conclut le gouverneur.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]nomiste.com
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc