×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Sécurité privée
Dreampart Security veut professionnaliser le métier

Par L'Economiste | Edition N°:2852 Le 03/09/2008 | Partager

. Une centaine d’employés et de «bodyguards». Des contrats de sécurité également à l’étranger. Bientôt des filiales à Casablanca, Tanger et OujdaDE retour au bercail, Rachid El Mounacifi a voulu mettre à profit son expérience acquise en Suède dans le domaine de la sécurité. Il a créé, en 2005, Dreampart Security, une société spécialisée dans la sécurité privée. Trois ans après, il emploie à plein temps une centaine de personnes. Pour lui, la sécurité est encore à l’état embryonnaire au Maroc. «Les gens n’ont encore aucune notion de la sécurité privée et ceux qui y travaillent le font simplement en attendant quelque chose de mieux. Il faudra attendre encore quelques années avant de voir de vrais professionnels du métier», se plaint-il. Bon nombre de sociétés au Maroc offrent dans une même structure des services de sécurité, de nettoyage, d’hygiène, de jardinage, etc., mais pour El Mounacifi, «la sécurité privée correspond à l’ensemble des activités, des services, des mesures et des dispositifs destinés à la protection des personnes, des biens et des renseignements dans le cadre d’un marché privé». La sécurité se construit d’abord sur la confiance. «Il est donc impératif que les entreprises et les agents de sécurité privée fassent preuve d’une intégrité irréprochable. Il en va de la crédibilité de la profession auprès de ses clients. Il en va aussi de la confiance de la population et des institutions envers ce secteur et, plus largement, à l’endroit du dispositif de sécurité publique tout entier».Le patron de Dreampart, qui est en même temps président de l’Association professionnelle des agences de sécurité au Maroc (APASM), assure deux grands modes de sécurité. La sécurité interne qui correspond aux services dont se dote une entreprise pour répondre à ses propres besoins de sécurité et qui engage, à cette fin, le personnel requis et se procure les produits et dispositifs de sécurité nécessaires. Le second mode consiste en la sécurité contractuelle. Celle-ci concerne les services de sécurité offerts sur le marché par des entreprises, des agences ou des individus sur une base contractuelle, de même que le commerce des produits et dispositifs de sécurité. «Ce type de sécurité regroupe une très large variété de services et de fonctions que je divise en trois activités: l’intelligence (investigation, détective privé...), la technique (installation d’alarmes, télésurveillance, serrurerie...), la physique (gardiennage, protection rapprochée, rondes de nuit, maîtres-chiens, chauffeur de sécurité...)«La loi actuelle au Maroc ne précise pas clairement la marge de manœuvre ni les champs d’intervention dont disposent les agents opérant dans la sécurité privée. Il est cependant stipulé dans son règlement d’application que les agents privés ne détiennent pas les pouvoirs dévolus aux agents de la paix. Dans les faits, ils ne sont pas différents de ceux de tout citoyen. On constate malheureusement que le domaine de la sécurité est investi par n’importe qui. Quiconque peut créer une société de sécurité ou de gardiennage. Celles-ci prolifèrent à l’image des téléboutiques ou cafétérias. Il n’y a pas de réelle homologation, c’est triste et inacceptable. Comment peut-on confondre nettoyage et sécurité, c’est insensé!», fustige El Mounacifi.H. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc