×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Secteur aérien: Les rapprochements s’intensifient

Par L'Economiste | Edition N°:2862 Le 17/09/2008 | Partager

. Lufthansa met la main sur Brussels Airlines. Processus de privatisation de Austria Airlines entamé La compagnie aérienne belge Brussels Airlines, héritière de Sabena, va passer dans le giron de l’allemande Lufthansa, une nouvelle étape dans la consolidation du ciel européen. Lufthansa prendra dans un 1er temps une participation de 45% dans SN Airholding qui contrôle l’intégralité du capital de Brussels Airlines, pour 65 millions d’euros. Lufthansa disposera ensuite d’une option d’achat pour les 55% restants, valable à partir de 2011, pour un prix qui «dépendra de facteurs liés aux performances de la compagnie», selon un communiqué commun. L’opération reste soumise au feu vert des autorités européennes de la concurrence. «Quand on regarde leurs routes de vol, les 2 compagnies ont des forces qu’elles peuvent combiner», a commenté le patron de la Lufthansa. Brussels Airlines apporte son expérience pour les liaisons en direction de l’Afrique. En échange, elle va entrer dans l’alliance commerciale de Lufthansa. Les compagnies mettront aussi en commun leurs hubs: Bruxelles pour Brussels Airlines, Francfort, Munich et Zurich pour Lufthansa. A rappeler que le secteur aérien européen a été marqué ces dernières années par une intense consolidation: mariage entre Air France et KLM, rachat par Lufthansa de Swiss, fusion entre British Airways et Iberia. Le mouvement n’est pas terminé: Vienne a entamé le processus de privatisation pour sa compagnie Austrian Airlines, en difficulté. Cette société est endettée à hauteur de près de 900 millions d’euros et table sur 90 millions de pertes cette année malgré un plan de restructuration. Lufthansa est là encore sur les rangs, avec Air France/KLM et le groupe aérien russe S7. Mais les regards sont surtout tournés vers la compagnie italienne Alitalia, au bord de la faillite depuis plusieurs mois. Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a estimé qu’Air France-KLM et Lufthansa étaient en lice pour une participation minoritaire dans la compagnie.Jihane Kabbaj

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc