×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Second souffle pour le Nepad?

    Par L'Economiste | Edition N°:2490 Le 22/03/2007 | Partager

    . Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique a connu des ratés depuis 2001LES principaux architectes du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad) se sont réunis en sommet mercredi 21 mars à Alger pour tenter de donner un second souffle à cette initiative qui a connu des ratés depuis son lancement en 2001.Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a déploré que les partenaires industriels de l’Afrique n’aient pas «tenu leurs promesses» à l’égard du Nepad. «Nos partenaires internationaux ont pris des engagements pour un accompagnement effectif dans la mise en oeuvre des projets du Nepad (...), mais ces engagements n’ont pas été tenus», a-t-il dit.Il a appelé à la poursuite du Nepad, dont «les efforts illustrent la prise en charge des affaires politiques et économiques du continent directement par les Africains eux-mêmes», a-t-il dit.L’intégration du secrétariat du Nepad à la commission de l’Union africaine (UA), avec laquelle il faisait double emploi, est le principal point à l’ordre du jour du sommet d’Alger, qui doit étudier aussi le financement des grands projets pour le développement de l’Afrique.Le sommet du Nepad se déroule à huis clos sous la présidence du chef de l’Etat nigérian Olesegun Obasanjo, qui transmettra, à la fin des travaux, la présidence du comité de mise en oeuvre du Nepad au Premier ministre éthiopien, Melès Zenawi.Un des fondateurs du Nepad, le président sénégalais, Abdoulaye Wade, qui avait récemment critiqué le caractère «bureaucratique» du Nepad, ne participe pas à la réunion, de même que le président égyptien Hosni Moubarak.«Le Nepad traverse une crise», avait déclaré Wade en proposant de créer une «commission Europe-Afrique» pour entrer en contact avec les pays industrialisés et financer les projets d’infrastructures africains.Le Nepad, une initiative lancée en 2001 pour associer des capitaux privés et publics, nationaux et étrangers, au développement de l’Afrique, était jusque-là indépendant de l’UA.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc