×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Saturne et Jupiter «à vue d’œil»

Par L'Economiste | Edition N°:1976 Le 11/03/2005 | Partager

. Veillée astronomique le 12 mars à Rabat. Le ciel décrypté à l’Observatoire national d’astronomie L’Observatoire national d’astronomie organise le 12 mars sa veillée astronomique mensuelle. Le public est invité à décrypter “le ciel du printemps”, thème de la soirée. Et si le temps le permet, les amateurs d’étoiles, de comètes et de planètes pourront observer, à loisir, Saturne et Jupiter. L’histoire de l’astronomie sera également présentée par les enseignants- chercheurs qui gèrent bénévolement l’Observatoire. Ces soirées, grand public, connaissent un grand succès. Pour 10 DH seulement, les astronomes en herbe peuvent découvrir l’histoire de l’astronomie et observer, par télescope, le ciel et ses mystères. Au bout de la soirée, les points scintillants qui illuminent le ciel noir deviennent familiers. Et très vite, on arrive à lire la carte du ciel et à déterminer la place des étoiles et des astres. Ces rencontres entrent dans le cadre de la mission même de l’Observatoire. Non seulement consacré à l’éducation populaire, la culture scientifique en astronomie et l’éveil des jeunes aux sciences et technologies liées à l’espace, ce dernier est aussi destiné à l’enseignement sous gradué, pour des travaux de recherche scientifique en astronomie et pour la vulgarisation des sciences de l’espace. Ouvert en 1999 à 400 mètres d’altitude à proximité du barrage sidi Mohammed ben Abdelallah de Rabat et à 24 km au sud-est de la capitale, l’Observatoire national d’astronomie a bénéficié au début du soutien de donateurs nationaux et de l’ambassade de France à Rabat. Cette dernière a offert, dans le cadre d’un accord culturel, scientifique et de coopération, un télescope. Cet instrument, de type Newton, avec un miroir de 510 mm de diamètre, est placé sur une monture équatoriale motorisée pour compenser la rotation de la Terre. Son poids est de 900 kg et sa longueur de 2,20 mètres. Depuis, l’Observatoire tourne sur ses fonds propres. C’est-à-dire avec peu de moyens. “L’appui d’un sponsor, explique Hamid Touma, enseignant-chercheur, nous aiderait à développer les activités de l’Observatoire et répondre à la forte demande du public”. L’an dernier, 100.000 personnes, étudiants et grand public, ont bénéficié de séances d’initiation à l’astronomie. Pour certains, ces instants sont inoubliables. Pour d’autres, comme le dit un fidèle de l’Observatoire “le virus est définitif”. Et d’ajouter: une fois qu’on a “compris” le ciel, on ne peut plus s’empêcher de lever les yeux, jour et nuit, vers l’immensité de l’univers.


Sur les traces d’Halley

Avec un bon télescope, l’astronome amateur peut observer les cratères de la lune, les taches noires, les planètes et leurs satellites, les comètes vagabondes et les étoiles variables. Dans la plupart des domaines scientifiques, l’amateur n’est pas pris au sérieux. Mais on oublie que nombre de découvertes et inventions sont dues à ces profanes de génie. L’observation des astres est fascinante. Nul ne saurait rester indifférent lorsqu’il contemple pour la première fois les satellites de Jupiter ou les anneaux de Saturne. Et avec un peu de chance, l’amateur peut découvrir un nouvel objet céleste, une comète –comme Halley– qui laissera son nom inscrit, pour la postérité, dans les étoiles.Fatima EL OUAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc