×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Santé et spécialités chimiques, les créneaux porteurs de Rhône-Poulenc

    Par L'Economiste | Edition N°:71 Le 18/03/1993 | Partager

    Le groupe Rhône-Poulenc, leader de la chimie française, a réalisé en 1992 un chiffre d'affaires consolidé de 81,7 milliards de Francs contre 83,8 milliards en 1991, régressant de 2,5%.

    Cette baisse provient principalement d'une fluctuation des changes (-3,1%), le volume ayant augmenté de 2%.

    Le résultat opérationnel s'est amélioré de 8,1% pour atteindre près de 6,7 milliards de Francs au lieu de 6,2 milliards en 1991. Cette amélioration est essentiellement due, d'après un communiqué du groupe, "aux excellents résultats du secteur santé, en particulier Rhône-Poulenc Rorer et l'Institut Mérieux, ainsi qu'au secteur spécialités chimiques", dont le résultat opérationnel s'est accru d'environ 500 millions de Francs. Les secteurs "intermédiaires organiques et minéraux" et "fibres et polymères" ont été affectés par la dégradation de la conjoncture et les turbulences monétaires. Les effets de la nouvelle Politique Agricole Commune (PAC) ont pesé par ailleurs sur le secteur agro.

    Le résultat après impôts et avant rémunérations prioritaires s'est établi à 2,1 milliards de Francs contre 2 milliards en 1991, soit un accroissement de 9%. Le résultat net par action ordinaire a progressé, quant à lui, de 25% à 25,6 Francs. Pour 1993, et malgré la conjoncture, le groupe devrait maintenir une progression de son résultat opérationnel et de son bénéfice net par action, grâce notamment aux activités santé et spécialités chimiques.

    En 1992, Rhône-Poulenc a consacré 6 milliards de Francs à la recherche-développement au lieu de 5,7 milliards un an plus tôt. "En 1993", note le communiqué, "le groupe continuera à faire porter ses efforts prioritaires sur l'innovation, avec le lancement de produits nouveaux dans tous les secteurs, et les programmes d'amélioration de la productivité et de réduction des frais fixes".

    Il entend également poursuivre son recentrage sur ses métiers stratégiques et réduire davantage son endettement. Ce dernier et les frais financiers peuvent être réduits grâce à "l'amélioration structurelle de l'autofinancement disponible(1) et la poursuite du programme de cessions", explique M. Jean-René Fourtou, PDG de Rhône-Poulenc.

    L'année dernière, les cessions d'activités non stratégiques ont généré un montant total de 4,4 milliards de Francs, supérieur aux prévisions, et les frais financiers sont tombés à 3,2 milliards de Francs.

    (1) L'autofinancement disponible est obtenu après déduction du financement des investissements, du besoin en fonds de roulement, des impôts, des frais financiers, des dividendes et des rémunérations prioritaires (hors cessions et acquisitions).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc