×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Salves de critiques sur le FMI et la Banque Mondiale

    Par L'Economiste | Edition N°:749 Le 18/04/2000 | Partager

    . Les institutions sont à la fois accusées d'opacité, d'amalgame des rôles et de dilution des responsabilités

    . L'effet Seattle a perturbé les réunions de printemps des deux institutions

    . La Banque Mondiale et le FMI ont appelé les pays riches à tenir leurs promesses de financement et les pays en développement à dresser leurs stratégies


    Le gratin de la finance internationale est au banc des accusés. Opacité de fonctionnement, amalgame des rôles, dilution des responsabilités, les milliers de manifestants n'ont pas mâché leurs mots vis-à-vis des deux institutions. On leur reproche également "l'ouverture à tout prix des marchés du Sud aux capitaux étrangers et de ne pas avoir anticipé les effets dominos de la crise asiatique". Pour sa part, la Banque Mondiale est critiquée pour son appareillage théorique dépassé et inefficace.

    Les pays pauvres à la traîne


    Le président de la Banque Mondiale, M. James Wolfensohn, s'est dit lundi "personnellement affecté" par les manifestations qui ont entouré les réunions du printemps. " Nous avons été affectés, j'ai été personnellement affecté par les manifestations parce que je pense que nous faisons déjà ce qu'elles réclament", a-t-il déclaré
    Pour sa part, le comité de développement des deux institutions a reconnu dans un communiqué conjoint que "les pays industrialisés ont beaucoup à faire pour améliorer l'accès de leurs marchés aux exportations des nations en développement". Cette ancienne demande a repris du poids après l'incapacité des membres de l'Organisation Mondiale du Commerce à lancer un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales en novembre à Seattle.
    Dans un communiqué, les 24 ministres des Finances et du Développement représentant tous les membres du FMI et de la BM indiquent avoir "noté que la majorité des pays les plus pauvres sont à la traîne dans le processus d'intégration au système commercial mondial".
    Autre point débattu, l'allégement de la dette des pays les plus pauvres. La Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International ont appelé les pays riches à tenir leurs promesses de financements et les pays en développement à dresser des stratégies concrètes de lutte contre la pauvreté. "Il y a une volonté d'éliminer les obstacles qui empêchent des pays de mener à bien ce processus", a indiqué samedi le responsable des finances britanniques Gordon Brown à Washington à l'issue d'une réunion du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon). Alors qu'un très petit nombre de pays ont concrètement vu leurs échéances effacées, la Banque Mondiale espère qu'une vingtaine de pays se verront promettre d'ici la fin de l'année l'allégement de ce fardeau.


    James Wolfenhson au Maroc


    Le président du groupe de la Banque Mondiale, M. James Wolfensohn, compte effectuer une visite au Maroc à la fin du mois d'avril. M. Wolfensohn a fait part de son intention de visiter le Royaume lors d'un entretien avec M. Fathallah Oualalou tenu en marge des réunions de printemps du FMI et de la Banque Mondiale.
    Le ministre de l'Economie et des Finances a par ailleurs fait une intervention devant la 61ème session du comité du développement tenue lundi. M. Oualalou a annoncé que le premier défi de la Communauté internationale est de faire du système commercial multilatéral un outil d'intégration des pays en développement dans l'économie mondiale. Le deuxième défi est, lui, lié à l'adoption d'une solution durable au problème de la dette.

    Yousra MAHFOUD (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc