×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Salé/Enseignement
La gestion des RH, la grande plaie

Par L'Economiste | Edition N°:3472 Le 23/02/2011 | Partager
Absentéisme, congés maladie… en hausse
46% des enseignants partiront à la retraite d’ici 8 ans
Une optimisation de la gestion du temps scolaire s’impose

Le nombre de certificats de maladie présentés par les enseignants est en hausse. Résultat, les élèves ne bénéficient que de 70 % du temps scolaire programmé
(Les visages ont été modifiés)

GESTION du temps scolaire, absentéisme des enseignants… sont au cœur des préoccupations du département de l’Education. «Les élèves ne bénéficient que de 70% de temps scolaire programmé», souligne Latifa Labida, secrétaire d’Etat, chargée de l’enseignement scolaire, lors de l’ouverture des travaux d’un séminaire organisé dernièrement par la délégation de Salé sur la gestion du temps scolaire. La raison, le retard enregistré au démarrage des cours en début d’année scolaire et l’absentéisme grandissant des enseignants. Notamment pour cause de maladie. Le nombre de certificats de maladie est en hausse. « L’an dernier, leur nombre s’élève 5.678, soit 56.900 jours, qui donne un déficit de 323 enseignants », explique Saïd Bellout, délégué provincial de l’Education à Salé.
Des mesures sont à l’étude aujourd’hui pour sécuriser le temps scolaire. Toutefois, l’action risque de buter sur un déficit de ressources humaines. « 46% de l’effectif du corps enseignant va partir à la retraite d’ici 8 ans », indique le délégué provincial. La question ne se pose pas au niveau du primaire qui affiche un excédent de 170 postes qui seront redéployés au niveau du collège. Par contre, le déficit est important au niveau du lycée: il faudrait au moins 140 enseignants. A cela s’ajoute un manque de 267 postes, dû à des raisons administratives: 123 départs à la retraite, 46 mises en disponibilité… Toujours dans le même registre, il faut signaler aussi les heures non programmées dans les emplois du temps des professeurs du collège et du lycée estimées à près de 3.700 heures. Selon Tijania Fertate, directrice de l’Académie de la région de Rabat, le ministère a été interpellé pour combler le déficit en RH via des recrutements ou dans le cadre des mouvements régionaux ou nationaux des professeurs.
Le nombre des établissements scolaires au niveau de la délégation de Salé s’élève à 200 dont plus de la moitié, soit 121 unités, pour le cycle primaire. Le taux de sureffectif le plus élevé est enregistré dans les lycées avec une moyenne de 40 élèves par classe contre 37 au collège et un peu moins au primaire, soit une moyenne de 35. A noter que l’effectif actuel des enseignants s’élève à 5.856 pour encadrer plus de 164.000 élèves. Plus de la moitié, soit 2.654 enseignants, sont affectés au primaire. Le reste est partagé entre le collège (1.740) et le lycée (1.462). A cela s’ajoutent 1.220 fonctionnaires assurant les fonctions administratives.

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc