×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Salé: 1,5 milliard de DH pour les infrastructures

Par L'Economiste | Edition N°:2664 Le 03/12/2007 | Partager

. Il s’agit de booster l’économie de la régionSalé ne veut plus être qu’une simple cité-dortoir. En effet, cette ville de près d’un million d’habitants cherche à tirer profit de la dynamique que connaît la région de Rabat à travers le lancement de plusieurs projets structurants. Parmi ces chantiers, il faut retenir les aménagements de la vallée de Bouregerg, de la zone touristique de Bouknadel et de Technopolis (www.leconomiste.com). C’est dans cet esprit que le Centre régional d’investissement (CRI) a initié l’organisation, en fin de semaine dernière, des premières Rencontres économiques de Salé. «L’objectif est d’engager la réflexion sur le développement de la cité en concertation entre les différents opérateurs économiques et les responsables de la ville», explique Nabil Kharroubi, directeur du CRI. En clair, il s’agit de mettre en exergue les potentialités de la région pour y susciter de nouveaux investissements. Dans ce sens, la mise à niveau des infrastructures est au cœur des priorités. «Ainsi, une enveloppe de 1,5 milliard de DH est allouée à différents chantiers», confirme Driss Sentissi, maire de la ville de Salé. Dans le cadre de ce programme (2005/2010), une grande partie de ce budget, soit plus de 400 millions de DH, a été consacrée à l’aménagement des voiries et des carrefours ainsi que la construction des ouvrages d’arts. 47 millions de DH seront réservés au renouvellement ou à l’extension du réseau d’éclairage. D’autre part, le Conseil de la ville a décidé de concéder au secteur privé la gestion des déchets ménagers. L’ouverture des plis devait avoir lieu vendredi dernier. De même, en matière de transport urbain, la sélection du futur gestionnaire est attendue pour les prochaines semaines. Par ailleurs, nombre de déficits ont été relevés, notamment au niveau des zones industrielles. Aussi, cette journée a été l’occasion pour l’Association des opérateurs de la zone industrielle de Salé (Azis) de renouveler son cahier de doléances. Et ce sont notamment les problèmes de sécurité qui ont été pointés du doigt. Des problèmes qui entravent le bon fonctionnement des entreprises. Le personnel (ouvriers, chauffeurs, etc.) est fréquemment victime d’agressions et, souvent, du vol de matériel (des câbles électriques, par exemple) est déploré. En guise de solution, les responsables de l’Azis proposent de régler en premier lieu le problème des bâtiments abandonnés et des lots non construits qui constituent un refuge pour les malfrats. Sur ce point, Sentissi a répondu qu’une procédure d’expropriation de 3 lots a déjà été lancée par le Conseil de la ville.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc