×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Sahara: SM le Roi rejette de manière ferme la proposition de partition

Par L'Economiste | Edition N°:1221 Le 07/03/2002 | Partager

. Dans son discours prononcé à Laâyoune, le Souverain défend l'intégrité territoriale du Royaume. L'Algérie est appelée à respecter l'Histoire...Un non catégorique. Le Maroc ne peut brader une quelconque partie de son territoire. Dans le discours qu'il a prononcé hier à Laâyoune et qui a été consacré en partie à la question de la souverainté du Maroc sur ses provinces du sud, Sa Majesté le Roi a rejeté fermement la proposition de partition. «Le petit-fils du Roi libérateur, Feu Mohammed V, l'héritier et confident du Roi unificateur, Feu Hassan II et le garant constitutionnel de l'unité du Maroc, déclare en son nom et au nom de tous les citoyens que le Maroc ne renoncera pas à un seul pouce du territoire de son Sahara, inaliénable et indivisible«, a affirmé le Souverain devant une assistance de plus de 5.000 personnes.La proposition de partition est une formule algérienne présentée aux responsables de l'ONU et, malheureusement, retenue par ces derniers. L'Algérie, à travers cette initiative et en abandonnant la thèse du «droit du peuple sahraoui à l'autodétermination«, a dévoilé ses intérêts dans la région et ses illusions d'hégémonie sur le Maghreb. «Notre rencontre avec vous aujourd'hui, alors que se sont révélées au monde les visées expansionnistes et hégémoniques de l'adversaire déclaré de notre intégrité territoriale, n'est que la réaffirmation de notre ferme attachement à ces constantes sacrées et notre refus catégorique de tout projet de nature à porter atteinte à l'intégrité territoriale du Maroc et à sa souveraineté sur ses provinces du sud et qui menace la paix et la stabilité dans la région du Maghreb arabe«, a ajouté le Souverain.Le Sahara a toujours été marocain. La Cour de La Haye l'avait reconnu depuis plus de deux décennies. Comme elle l'avait confirmé, des liens d'allégeance ont toujours existé entre les tribus sahraouies et les Sultans et Rois du Royaume. Le Souverain a tenu à le rappeler. «Ces provinces, depuis l'Etat des Almoravides, puis le règne de notre saint aïeul Moulay Hassan Ier et jusqu'à l'ère de notre vénéré père, sont restées une partie intégrante du territoire national et une composante fondamentale de l'entité historique et de l'identité civilisationnelle du Maroc«. Le message est clair. L'Algérie doit renoncer à ses idées séparatistes. Le Maroc ne peut être l'arbre qui cache ses problèmes internes. De son côté, l'ONU en tant que garant de la légalité internationale ne peut prêter l'oreille à de telles versions et parrainer la création d'un Etat croupion. La proposition de l'accord-cadre acceptée par le Maroc demeure la seule issue pacifique à ce conflit artificiel. Elle accorde, comme l'a toujours laissé croire l'Algérie, un droit d'autodétermination au bout de cinq ans.


Le Souverain annonce la création de l'Agence Spéciale de Développement du Sud

. Il nomme Abdellatif Guerraoui à sa têteAprès le Nord, c'est au tour du sud du Maroc de se doter d'une agence de développement. Le Souverain a annoncé hier, lors de son discours prononcé à Laâyoune, sa décision de créer une agence spéciale pour le développement des provinces du sud. A sa tête, il a nommé Abdellatif Guerraoui, actuel wali de Laâyoune-Sakiat Al Hamra depuis sept mois. La création de cette agence s'inscrit, comme l'a souligné le Souverain, dans le cadre «du processus visant à doter toutes les régions de notre Royaume des moyens d'une gestion démocratique, décentralisée et déconcentrée de leur propre développement«. L'Agence devra donc veiller à un développement socio-économique équilibré. Ses projets devront être issus de la réalité de la région et des aspirations de ses habitants. L'une des principales richesses du sud est ses hommes et ses femmes. Des programmes de qualification et d'encouragement à la création d'entreprises ont déjà été amorcés par le wali de Laâyoune. Quant aux chantiers économiques, ils devront se concentrer principalement sur le secteur du tourisme et de la pêche.Par ailleurs, le Souverain a appelé le gouvernement à en finir avec le problème de l'habitat insalubre qui prévaut dans ces provinces et qui constitue, comme l'avait rapporté l'enquête de L'Economiste au mois de décembre dernier, une vraie bombe à retardement sociale. A Laâyoune seulement, le déficit en logement est estimé à 10.000 unités.Aniss MAGHRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc