×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    SA 8000, la nouvelle norme pour la responsabilité sociale de l'entreprise

    Par L'Economiste | Edition N°:620 Le 20/10/1999 | Partager

    · Un atout concurrentiel de plus, estiment les spécialistes
    · Lutte contre le travail des enfants, la main-d'oeuvre forcée, la discrimination, le harcèlement... Les exigences de la norme


    Après l'ISO 9000 et 14000, désormais connues et appliquées par des managers marocains, une nouvelles norme vient d'apparaître. Il s'agit de la SA 8000 qui concerne la responsabilité sociale de l'entreprise. Cette norme a été présentée lors d'un forum organisé par le Grand-Duché de Luxembourg et la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise à Casablanca le 15 octobre.
    S'agit-il d'une nouvelle barrière douanière qu'imposeront les pays développés pour entraver la libre circulation des marchandises à la veille de l'ouverture des frontières? Ou s'agit-il d'une évolution normale vers un commerce éthique. Pour M. Daniel Brand, consultant qualité, les entreprises n'ont pas le choix, car les exigences de cette norme seront universellement applicables, quels que soient la situation géographique, le secteur ou la taille de l'entreprise. Cette dernière doit désormais prendre en considération, non seulement la concurrence, mais aussi les contraintes imposées par les clients et les lobbies des consommateurs. Il s'agit de démontrer, selon M. Brand, à toutes ces parties que les politiques, procédures et pratiques sont conformes à cette nouvelle norme.
    Les exigences de la SA 8000 sont tirées pour leur majorité des conventions de l'Organisation Internationale du Travail (OIT), de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et de la convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant. Cette norme est déclinée en neuf chapitres. La question du travail des enfants est la première des exigences édictées. A ce sujet, la norme est catégorique: Il n'est plus question d'utiliser de la main-d'oeuvre infantile. Ainsi, l'entreprise devra mettre en place une politique et des procédures de substitution.
    Au Maroc, l'application de cette norme sera très difficile et l'effort à fournir colossal. Et les statistiques sont là. En effet 9 enfants sur 10 âgés de 10 à 14 ans sont exploités. De plus, 6 sur 10 travaillent plus de 50 heures par semaine.
    Par ailleurs, les autres chapitres de la norme traitent de la main-d'oeuvre forcée, de la santé, de la sécurité et de la liberté syndicale. Autres axes, la discrimination, le harcèlement et les pratiques disciplinaires, notamment le recours à l'utilisation de la punition corporelle, de la coercition mentale ou physique et de l'insulte verbale.
    Il s'agit donc à travers cette norme de mettre en place un système de management social au sein de l'entreprise qui risque de devenir à terme un nouvel atout concurrentiel.

    Abdelaziz MEFTAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc