×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Royal Air Maroc muscle son offre estivale

Par L'Economiste | Edition N°:1479 Le 19/03/2003 | Partager

. La compagnie injecte quatre-vingt-cinq vols supplémentaires avec un forcing sur son marché principal, la France. Avec 3 vols réguliers par jour sur Paris, Marrakech concurrence désormais Casablanca La traditionnelle bagarre estivale que se livrent les compagnies aériennes reprend de plus belle. Deux fois par an, début avril et à l'automne, elles retouchent leur réseau de dessertes pour répondre à la hausse du trafic, même si cette année est un peu particulière avec les conséquences de la guerre qui s'annonce en Irak. L'été est une saison cruciale pour tous les opérateurs du transport aérien. Des performances de cette période dépend généralement la qualité de résultat de tout l'exercice. Il faut donc bien viser les marchés à fort potentiel en anticipant la croissance de l'activité par une augmentation de l'offre en sièges d'avion et une extension des dessertes. C'est ce que font tous les transporteurs. Au Maroc, la compétition s'annonce très serrée, le reflux de la clientèle touristique que va entraîner le conflit en Irak intensifie la bataille. Air France, Alitalia, Qatar Airways (voir article ci-contre)… ont toutes revu leur capacité sur le marché marocain. Comme partout dans le monde, le transporteur national en position de leader, doit défendre ses positions face à une kyrielle de challengers très agressifs. Royal Air Maroc, qui détient près de 62% du marché marocain, sort cette année une artillerie lourde pour répondre à l'assaut de la concurrence. La compagnie ajoute 85 liaisons à son réseau avec une forte concentration sur l'Hexagone, de loin le premier contributeur de revenu dans son compte d'exploitation. La RAM profite de créneaux horaires laissés vacants à Orly par Air Lib en injectant un quatrième vol sur Casa-Paris à partir du 1er avril (Air France a fait de même) avec le départ prévu en fin de matinée. Même si elles sont partenaires sur bien d'autres routes, Royal Air Maroc et Air France ne se feront pas de cadeau sur «l'un des axes les plus chers et les plus rentables au monde». La RAM transfère par ailleurs une partie de son activité charter qui était logée jusqu'à présent à Roissy Charles-de-Gaulle. Sur Marrakech, porte d'entrée principale des touristes français, le transporteur densifie son offre. La ville ocre sera reliée à raison de deux vols réguliers par semaine avec Lyon et Marseille. Royal Air Maroc s'aligne ainsi sur l'explosion de la clientèle touristique de la niche des courts séjours (vive les 35 heures!) qui se développe au départ des régions françaises. A moyen terme, l'objectif est d'arriver à un vol quotidien sur ces dessertes, affirment les responsables de la compagnie. Sur Paris, la montée en charge est une réalité depuis l'hiver dernier. Avec trois vols quotidiens, le niveau d'activité de Marrakech est en passe d'égaler, voire de dépasser le flux sur Casablanca au départ de la capitale française. Cette évolution est un plus sur la structure du chiffre d'affaires, la croissance du trafic régulier sur Marrakech où convergent surtout une clientèle charter (moins rémunératrice en revenu par siège) permet d'ajuster le niveau de la recette unitaire.Sur Agadir, connectée déjà à Paris par un vol quotidien (qui marche très bien), la RAM injecte un deuxième vol à partir du 1er juillet prochain. La compagnie anticipe la campagne des MRE, très nombreux à se diriger vers la station balnéaire pour leurs vacances. Sur Oujda, d'où viennent de nombreux Marocains résidant en France, Royal Air Maroc passe à deux fréquences quotidiennes au départ de la capitale française et programme cinq connexions hebdomadaires avec Marseille. Par ailleurs, Fès sera aussi relié par un vol quotidien (contre 5 fréquences par semaine actuellement) avec Paris. Reste à savoir si cette forte augmentation des capacités de la compagnie va apaiser les professionnels du tourisme, qui réclament toujours plus de dessertes directes au transporteur. A défaut de les combler, elle constitue au moins la première réponse à leurs doléances.


Les nouveautés sur le hub de Casablanca

Sur Bruxelles, une des places fortes des MRE en Europe, Royal Air Maroc ajoute une deuxième fréquence quotidienne, pour combler la place laissée par la faillite de Sabena. Bordeaux, Nice et Toulouse seront desservies par un vol quotidien. Tandis que Lyon passe à 12 fréquences hebdomadaires, soit trois vols de plus que la capacité offerte jusqu'à présent.Sur la Suisse, la RAM passe à 4 fréquences par semaine sur Zurich alors que Genève est reliée directement à Marrakech et Agadir, une fois par semaine. Abashi SHAMAMBA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc