×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Roumanie et Bulgarie dans l’UE
    Entrée de deux pays pauvres

    Par L'Economiste | Edition N°:2433 Le 29/12/2006 | Partager

    . A Sofia et Bucarest, des problèmes de mafia et de corruption. Mais une forte ambition pour la mise à niveauLa famille européenne s’agrandit. Roumains et Bulgares la rejoignent dès le 1er janvier 2007. Mais cette nouvelle intégration se fait dans un climat relativement tendu et une ambiance discrète. L’UE est en pleine remise en question. Elle s’interroge, à travers la question de l’élargissement, sur son avenir. De plus, la réforme des institutions européennes devient de plus en plus pressante. L’Europe doit trouver une solution à l’impasse institutionnelle provoquée par le «non» des Français et des Néerlandais au référendum sur la Constitution européenne. L’adhésion roumaine et bulgare accentue cette problématique. Les 27 devront notamment harmoniser leurs vues sur le concept de «capacité d’intégration». Il renvoie à la capacité de l’UE à intégrer politiquement, économiquement, institutionnellement et culturellement de nouveaux Etats-membres. Le gel de l’adhésion Turque, le 11 décembre, n’est que la partie émergente de l’iceberg. D’autre part, le nouvel élargissement suscite moins d’enthousiasme que l’entrée des dix pays en mai 2004. Le Traité de Nice, conclu en décembre 2000, prévoit une reconfiguration de la commission à chaque nouvelle adhésion. Mais Bruxelles a préféré passer sous silence ce débat. C’est pourquoi Sofia et Bucarest se sont contentés de «portefeuilles mineurs». Les deux nouveaux membres ayant évidemment adopté un profil bas sur la question. Et il y a de quoi!L’intégration de l’Europe exige des efforts de leur part notamment en matière de lutte contre la corruption et les réseaux mafieux. En contrepartie, les subventions européennes vont donner un coup de fouet aux économies roumaine et bulgare. Les deux nouveaux membres sont économiquement à la traîne. Mais les investissements directs étrangers représentent environ 8% du PIB de ces deux pays. La proximité géographique, culturelle, institutionnelle constitue un ensemble d’atouts compétitifs. Mais les deux nouveaux membres amènent également leurs lots de cadeaux: des destinations touristiques bon marché, une main d’œuvre qualifiée et un nouvel alphabet…L’Europe se construit doucement mais sûrement. Reste à savoir quel sera l’impact de son élargissement sur des pays du Sud comme le Maroc. La Bulgarie et la Roumanie sont très souvent considérées dans les benchmarks comme les concurrents les plus directs du Royaume, avec ceux du bassin méditerranéen. Faiçal FAQUIHI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc