×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    RNI-PAM: Un grand pôle du Centre se dessine

    Par L'Economiste | Edition N°:2872 Le 02/10/2008 | Partager

    . On commence par un groupe parlementaire unique. L’alliance serait ouverte au MP et à l’UCAPRÈS la fusion, le temps des alliances. Le RNI et le Parti authenticité et modernité (PAM) ont fini par concrétiser une coalition de leurs forces au sein du Parlement. Ainsi, les deux partis ont décidé de constituer un seul groupe parlementaire au niveau de la Chambre des représentants et de celle des conseillers. Cette constitution a été rendue publique lors d’une conférence de presse donnée conjointement par Mustapha Mansouri, président du RNI, et Hassan Benaddi, secrétaire général du PAM.Pour Mustapha Mansouri, l’initiative de constituer un groupe parlementaire unifié vient en réponse aux discours du Souverain appelant à la formation de grands pôles politiques forts. Ainsi, le RNI et le PAM ont décidé de mettre en œuvre cette volonté royale, particulièrement après avoir constaté le taux d’abstention anormalement élevé enregistré lors des différentes échéances électorales. Cette initiative peut être considérée comme un premier pas dans la restructuration de l’échiquier politique, marqué par une forte balkanisation ne permettant pas de former des gouvernements homogènes. Dans cette affaire, il reste à savoir qui absorbe qui. L’initiative de composer un groupe unique ne s’est pas posée en ces termes, ont tenu à préciser les deux conférenciers. Elle s’est faite «sans conditions, avec l’espoir et la détermination d’œuvrer dans le sens de l’intérêt supérieur du pays». Cependant, une source proche du dossier parie que Najib Ouazzani, le chef du groupe parlementaire du PAM, finira par céder cette place à un membre du RNI. En tout cas, ce n’est pas encore officiel.Sur un autre registre, le président du RNI a levé toute équivoque: «Loin d’être négatif pour le gouvernement, ce groupement travaillera à renforcer la majorité actuelle». Il a, par la même occasion, ouvert la porte à d’autres formations qui souhaitent rejoindre l’équipe. Un appel indirect adressé au Mouvement populaire et à l’Union constitutionnelle, avec qui le PAM a déjà noué des contacts pour passer une alliance politique. Il reste que le regroupement RNI-PAM est une première étape à la formation d’un grand pôle politique du Centre.Dans cette affaire, Mustapha Mansouri a été catégorique: ce rapprochement n’est pas une décision prise au sommet du RNI. Après information, les instances du parti ont adhéré à cette initiative. D’ailleurs, l’histoire de cette alliance remonte à plusieurs mois. Elle a débuté par des contacts informels avant de passer à des réunions entre les officiels des deux entités. Il est à rappeler que les alliances politiques n’ont pas marché au Maroc. Le Wifak, la Koutla… sont restées des vœux pieux. Les deux partis n’ignorent pas cette donnée historique. C’est pour cela qu’elles ont décidé de démarrer ce rapprochement sur le terrain, par le travail parlementaire. Mais une chose est sûre, ce regroupement enlève une épine du pied du président du RNI qui était face à un problème particulier. Des membres de son état-major avaient suivi Fouad Ali El Himma lorsque celui-ci avait lancé le Mouvement pour tous les démocrates comme Salaheddine Mezouar, Aziz Akhannouch ou encore l’ancien ministre Rachid Talbi Alami.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc