×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

RNI: Les chambres de la mondialisation

Par L'Economiste | Edition N°:290 Le 24/07/1997 | Partager

Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) encourage l'initiative privée, la création d'emplois et se déclare pour des crédits plus accessibles aux artisans. L'artisanat est le secteur le plus convoité par le principal parti du Centre. Le RNI a élaboré un programme ambitieux qui se veut le plus complet possible.


Le Rassemblement National des Indépendants a dévoilé son programme pour les élections professionnelles qui s'inspire du programme politique du parti que M. Ahmed Osman avait pré-
senté lors du dîner-débat organisé par L'Economiste le 27 mai
dernier.
Pour les industriels, il s'agit pour le parti de donner aux chambres les moyens d'être «capables de faire face aux changements et de relever les défis de la mondialisation», référence retenue avec insistance par le parti. Selon une source autorisée du RNI, les chambres s'intégreront dans l'espace régional grâce à la coordination de leurs actions avec celles des conseils provinciaux, préfectoraux et régionaux.
Pour les services, le RNI projette de rectifier quelques «anomalies», telles que l'abandon du code des investissements touristiques qui était bénéfique pour le secteur et pour les activités annexes et les dispositions de l'actuelle Loi de Finances touchant la fiscalisation de l'enseignement privé. Non seulement le RNI propose le maintien de l'exonération, mais en plus il prône sa généralisation à tous les services liés à l'enseignement privé. Les télécommunications font également partie du champ d'action du programme du RNI qui milite pour «clarifier les relations entre Itissalat Al-Maghrib et les propriétaires des téléboutiques, surtout dans la perspective de la libéralisation de ce secteur». Le parti se déclare, en outre, en faveur de la libéralisation des prix des services encore soumis au contrôle administratif.

La vision critique du RNI concernant le secteur de la pêche le pousse à prévoir des actions tendant à assurer une meilleure allocation des ressources halieutiques et notamment la création d'un «Conseil supérieur pour la protection des ressources maritimes» auquel participeraient les chambres de Pêche et les associations professionnelles. Quant à l'Office National des Pêches, le RNI prône son démantèlement, jugeant qu'il fait double emploi avec le Ministère des Pêches Maritimes et de la Marine Marchande.
Dans le domaine de l'artisanat, le programme se veut complet et généralisé à toutes les régions du pays.
L'intérêt pour l'artisanat vient du fait que cette activité «est génératrice d'emplois à coûts faibles» et participe par conséquent à la dynamisation de l'économie. Aussi le parti a-t-il arrêté plusieurs actions, dont notamment le recensement des artisans et des entreprises artisanales afin de parvenir à une connaissance précise du rôle des structures économiques. Par ailleurs, connaissant le problème des matières premières, le RNI promet d'en contrôler l'ap-provisionnement afin d'en garantir la qualité et un niveau de «prix raisonnable». Le programme vise d'autre part à mettre en place une politique d'investissements susceptible de promouvoir le secteur.

Le RNI n'a pas manqué d'évoquer la question des crédits. Les artisans disposant de surfaces financières limitées ont droit à un traitement spécifique. Le programme du RNI contient donc des mesures pour améliorer la procédure d'octroi des crédits aussi bien pour les investissements que pour l'achat de matières premières. De cette façon, le parti compte, d'une part, aider à la création d'entreprises artisanales, élargissant ainsi les possibilités d'emplois pour les jeunes et, d'autre part, promouvoir des actions pour la qualification des entreprises afin qu'elles améliorent leur organisation à l'image des entreprises modernes.
Plus pratique encore, le RNI propose la création d'un fonds spécial pour la promotion du secteur artisanal, plus particulièrement en milieu rural, et d'une association nationale dotée de représentations régionales des «Amis de l'artisanat» composée d'artistes, de créateurs, d'industriels et de promoteurs. Les actions de ces instances seront renforcées par celles du Centre National de la Promotion et de la Création pour les produits artisanaux, dont la mission sera de garantir l'authenticité du produit et suivre l'évolution des goûts des consommateurs.

La Koutla face aux SAP


Pour les élections des chambres d'agriculture, pas moins de 2.584 déclarations de candidatures ont été déposées dans 622 circonscriptions électorales relevant de 37 chambres d'agriculture. Les SAP arrivent en tête avec 837 candidats, soit 32,39% du total, suivis par le Parti de l'Istiqlal (367), le RNI (261), l'USFP (242) et le MP (235).
Dans les chambres d'artisanat, le nombre de listes déposées a atteint 902, regroupant 4.046 candidats pour 552 sièges à pourvoir dans 24 chambres. A cela, il faut ajouter les candidats individuels au nombre de 165. Les SAP sont les plus représentés avec 1.612 candidats, soit 38,28%. L'Istiqlal a présenté 455 candidats, l'USFP 412, le RNI 348 et l'UC 225.
Quant aux 868 sièges des chambres de commerce, d'industrie et de services, 1.210 listes ont été déposées. L'ensemble des candidats est de 6.983 dont un peu moins de la moitié sont des SAP, soit 3.342 candidats (47,85%). La deuxième position revient à l'Istiqlal (678), suivi de l'USFP (576), du RNI (561) et de l'UC (406).
Cette prédominance des SAP est également vérifiée dans les chambres des pêches maritimes: ils ont présenté 145 candidats, soit 63,31%. Ils sont suivis par l'USFP (15), le RNI (14), le MP (12) et l'Istiqlal (8). Il s'agit de pourvoir 120 sièges réservés aux quatre collèges électoraux composant les quatre chambres de pêche. 31 listes ont été présentées comptant 114 candidats. 28 listes sont unies et 3 combinées. 115 autres candidats se sont présentés dans des circonscriptions pour lesquelles est réservé un seul siège.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc