×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Rhône Poulenc Rorer relifte son unité de production

    Par L'Economiste | Edition N°:325 Le 09/04/1998 | Partager

    La société pharmaceutique Rhône Poulenc Rorer doit réaménager son outil de production implanté à Aïn Borja à Casablanca. Après avoir cédé la majorité du capital de Cooper-Maroc, la filiale pharmaceutique du Français Rhône Poulenc se recentre sur ses métiers de base.


    Rhône Poulenc Rorer (RPR) n'échappe pas à la vague de restructurations que connaît l'industrie pharmaceutique. La filiale du groupe français doit investir près de 35 millions de DH dans la modernisation de son outil de production. L'investissement, étalé sur 18 mois, portera notamment sur le réaménagement de l'usine d'Aïn-borja à Casablanca, l'achat de nouveaux équipements et la remise à niveau de ses systèmes d'information.

    Ces mesures interviennent à quelques mois d'un événement non moins important: la cession par RPR du laboratoire Cooper-Maroc. Le rachat de cette dernière société en 1994 avait fait suite à une mesure similaire au niveau mondial ayant concerné les maisons mères de ces deux laboratoires. Après une période de fiançailles qui aura, tout de même, duré plus de trois ans, une séparation a été décidée «eu égard aux stratégies incompatibles des deux laboratoires». Cooper-Maroc est spécialisé dans la fabrication de médicaments sous licence et donc ouvert à toutes les marques, tandis que RPR tient d'abord à lancer les produits propres à la gamme du groupe, une stratégie qui lui a valu du reste d'occuper le premier rang du secteur si l'on tient compte de ce type de classement. RPR a donc fini par céder la majorité du capital de Cooper-Maroc au laboratoire Organon. A la suite de cette opération, officialisée depuis quelques mois, la part de RPR dans Cooper est passée à 17%.
    Avec 350 millions de DH de chiffre d'affaires en 1997, RPR figure en quatrième position au classement IMS du secteur pharmaceutique pour la même année. En revanche, il figure en première position si l'on ne tient compte que du classement par gamme de produits (c'est-à-dire si l'on fait correspondre à chaque produit son laboratoire d'origine).

    La capacité de production s'élève à près de 18 millions de boîtes par an. Le laboratoire est spécialisé notamment dans la fabrication d'antibiotiques et d'anti-inflammatoires (ces spécialités ne reflètent qu'en partie les domaines de recherches dans lesquels investit le groupe au niveau mondial).
    D'autres médicaments s'adressent à des domaines thérapeutiques plus pointus, tels la cancérologie ou les maladies cardio-vasculaires. Outre la pharmacie, RPR prend également en charge les activités vaccin et vétérinaires du groupe. Rappelons qu'au niveau mondial le pôle santé (divisions animale, humaine et végétale) contribue à hauteur de 60% au chiffre d'affaires du groupe. Côté gestion, l'entreprise accorde une part importante au management participatif. Les objectifs et les bilans sont souvent établis individuellement. Une attention particulière est également accordée au volet formation. En 1997, 12 journées de travail et 9% de la masse salariale y ont été consacrées. En fait, pour les responsables de RPR, cette dernière catégorie d'investis-sement, bien qu'elle soit difficile à quantifier, est jugée prioritaire. «Il ne faut pas se leurrer, le développement de toute entreprise ne saurait être atteint en occultant cet aspect», estime M. Michel Cavalier, DG de la société. RPR entend continuer sur cette lancée en 1998.


    RPR et les autres divisions


    Rhône Poulenc Rorer représente une des trois divisions du groupe chimique et pharmaceutique Rhône Poulenc. Les deux autres sociétés sont Rhône Poulenc Maroc devenue depuis janvier 1998 Rhodia-Maroc. Celle-ci prend en charge les activités chimie et fibres polymères et Rhône Poulenc Agro Maroc, qui s'occupe des produits phyto-sanitaires. Seule Rhône Poulenc Rorer possède un site de fabrication localement, les deux autres sociétés faisant de la commercialisation surtout. Le chiffre d'affaires réalisé sur le marché domestique est de 700 millions de DH, dont 350 millions à travers Rhône Poulenc Rorer et 300 millions par le biais de Rhône Poulenc Maroc. Le reste étant la contribution de Rhône Poulenc Agro Maroc. Le groupe emploie 280 personnes sur un total de 75.250 à travers les 160 pays où il est implanté.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc