×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Rhône-Poulenc: Chimie et fibres polymères réunies

    Par L'Economiste | Edition N°:309 Le 18/12/1997 | Partager

    Le groupe pharmaceutique et chimique français Rhône-Poulenc va regrouper ses activités chimie et fibres polymères dans une même société: Rhodia. Ce qui va se traduire au niveau local par un changement de raison sociale de Rhône-Poulenc-Maroc, l'une des trois sociétés de la filiale marocaine du groupe.


    Rhône-Poulenc Maroc va changer de raison sociale pour devenir Rhodia Maroc. La mesure deviendra effective en janvier prochain suite aux aménagements qui interviendront chez la maison mère. La multinationale va en effet réunir ses activités chimie et fibres polymères sous une même entité: Rhodia. La décision sera donc répercutée au niveau de sa filiale marocaine. Derrière ce changement se profilent en fait les profondes mutations que connaît le marché pharmaceutique et chimique au niveau international.
    Pour se recentrer sur leurs métiers stratégiques, les groupes procèdent à des fusions, acquisitions et parfois des scissions de la chimie et pharmacie, deux activités qui ont leurs propres spécificités. La chimie est en effet un marché bien restructuré avec de grands acteurs. Au contraire, la santé est un marché très parcelé et nécessite d'importants investissements en recherche. Ce qui pousse les intervenants à rationaliser leurs programmes de recherche en raison de leurs coûts. Une molécule nécessite en moyenne 200 millions de Dollars depuis sa découverte jusqu'à sa mise sur le marché, sachant toutefois que deux molécules sur 10 uniquement ont des chances d'être commercialisées. Délaissant la chimie, les Suisses Ciba-Geigy et Sandoz avaient annoncé en 1996 leur fusion donnant naissance à Novartis second groupe pharmaceutique mondial. Pour sa part, l'Allemand Hoechst a lancé une OPA sur le Français Roussel-Uclaf pour racheter les 43,3% du capital qu'il ne contrôlait pas encore. L'opération a donné lieu au groupe Hoechst Marion-Roussel de figurer au quatrième rang mondial.

    Rhone-Poulenc n'échappe donc pas à ces mouvements. L'entreprise qui, au niveau mondial, se situe au 7ème rang de l'industrie pharmaceutique et chimique, a décidé en 1996 de reconfigurer ses activités «Sciences de la vie» en deux nouveaux secteurs: la pharmacie, la santé animale et végétale. Par ailleurs, concernant les activités pharmacie, Rhône-Poulenc a lancé au mois de juin dernier une offre publique d'achat sur l'Américain Rorer pour acquérir les 35% de capital qu'il ne contrôlait pas encore. Pour le groupe, l'importance prise par les activités de pharmacie et de santé animale et végétale à travers le monde est incontestable. «En bourse, les groupes qui affichent une image de laboratoires pharmaceutiques sont mieux cotés que ceux qui font de la chimie uniquement», explique M. Gabriel Imbs, délégué pays du groupe.
    A travers son pôle chimie et fibres polymères, le groupe est très présent dans les industries de transformations, le cuir et le textile et les activités liées à l'environnement. La gamme de produits commercialisés est assez large: peintures décoratives et industrielles, matériaux de construction, produits de dépollution, composants pour pneumatiques, additifs polyamides, polyester, etc. Rhône-Poulenc qui parie sur une reprise de l'industrie du cuir/textile au Maroc prévoit aussi d'y développer de nouvelles activités.


    La filiale marocaine



    Rhône Poulenc est représentée au Maroc par trois sociétés. Rhône-Poulenc Maroc (qui deviendra donc Rhodia-Maroc) pour les activités chimie et fibres polymères, Rhône-Poulenc Rorer pour la pharmacie, et Rhône-Poulenc Agro Maroc pour les produits phytosanitaires. Seule Rhône Poulenc Rorer possède un site de fabrication local, les deux autres sociétés faisant de la commercialisation surtout. Le chiffre d'affaires réalisé localement est de 700 millions de DH dont 350 millions à travers Rhône-Poulenc-Rorer et 300 millions par le biais de Rhone-Poulenc Maroc. Le reliquat étant la contribution de Rhône-Poulenc Agro Maroc. L'entreprise emploie 280 personnes (au total 75.250 personnes sont employées à travers les 160 pays où Rhône-Poulenc est implantée).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc