×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Réunion extraordinaire sur les tsunamis

Par L'Economiste | Edition N°:1933 Le 06/01/2005 | Partager

. Objectif: répondre à la crise humanitaire en Asie du Sud-EstLa présidence luxembourgeoise de l’UE a décidé de convoquer le 7 janvier après-midi un conseil extraordinaire des ministres des Affaires étrangères pour répondre à la crise humanitaire en Asie du Sud-Est, en élargissant la réunion initialement prévue au niveau des ministres de la coopération et du développement, a-t-elle annoncé le 4 janvier.“Cette réunion sera présidée par le ministre des Affaires étrangères et président en exercice du conseil de l’UE, Jean Asselborn. Les ministres des Affaires étrangères, ceux de la Coopération et du Développement ainsi que les ministres de la Santé de l’Union européenne y participeront”, indique le communiqué de la présidence.Il précise que ce conseil extraordinaire entendra notamment les rapports du commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire, Louis Michel, et du ministre luxembourgeois en charge du même portefeuille, Jean-Louis Schiltz, actuellement en mission dans les pays de la région touchés par les tsunamis du 26 décembre dernier.Par ailleurs, l’ensemble de l’Union européenne, à l’exception du Danemark, ont observé le 5 janvier en milieu de journée, trois minutes de silence à la mémoire des victimes des raz-de-marée en Asie. La présidence luxembourgeoise de l’UE avait décidé d’une telle mesure le week-end dernier pour saluer les quelque 150.000 morts du cataclysme, selon un bilan qui reste provisoire.De leur côté, les entreprises européennes, dix jours après les raz-de-marée en Asie, continuaient à débloquer des millions d’euros de dons, à solliciter la générosité de leurs clients et à mettre en oeuvre des aides de toute nature à destination des pays touchés par la catastrophe.Le total des aides versées par les entreprises était impossible à chiffrer. Elles s’élevaient par exemple à plus de 6 millions d’euros en France, au moins 3 millions d’euros en Suisse, 2 millions d’euros au Portugal, et à plusieurs millions d’euros en Allemagne où la mobilisation des sociétés a atteint une ampleur sans précédent.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc