×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Réunion annuelle de MasterCard Moyen-Orient/Afrique : Plus de 200000 porteurs de cartes bancaires au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:33 Le 11/06/1992 | Partager

Dans la région Afrique - Moyen-Orient, la monétique, qui a vu le jour depuis les années 70, sous forme d'acceptabilité de cartes internationales dont MasterCard, a connu un développement plus soutenu à partir de 1982. Elle est devenue, progressivement, un produit bancaire local, par le biais de cartes nationales émises par les banques du pays.
Ainsi, au Maroc par exemple, la monnaie électronique ou monétique locale a depuis sa naissance en 1979 évolué techniquement, quantitativement et qualitativement notamment à partir de 1982.
Désormais, il existe au Maroc quatre émetteurs de cartes à savoir, par ordre alphabétique BCP, BMCE, Interbank (regroupant 9 banques) et Wafabank. Elles offrent à travers ces cartes différents services qui vont du retrait d'espèces sur des Automates bancaires (Distributeurs Automatiques de Billets et Guichets Automatiques de Banque) à la transaction à distance (ordre de virement ou commande de chéquier par exemple), en passant par l'information sur les soldes des comptes du porteur et sur les produits offerts par l'émetteur.
Avec 200.000 porteurs aujourd'hui au moins, 258.000 cartes, 13.000 commerçants agréés (ce dernier chiffre devant être pris avec précaution et à la baisse, car plusieurs commerçants sont adhérents à plusieurs systèmes en même temps) et 137 Guichets Automatiques de Banques, la monétique marocaine se place, selon les émetteurs internationaux eux-mêmes, au premier plan en Afrique et au Maghreb Arabe.

Règles de bonne conduite

Toutefois, cette monétique demeure largement perfectible à la veille de l'an 2000, avec la libéralisation et la réforme du système financier marocain, la perspective d'une meilleure bancarisation, l'économie, et surtout, la grande vague d'ouverture sur l'extérieur qu'elle connaît à divers niveaux.
L'évolution quantitative et qualitative de ces nouveaux moyens de paiement que sont les cartes est donc un impératif de l'économie marocaine, comme dans tous les pays.
Si les apports positifs de la monétique sont incontestables aujourd'hui, alors que son apparition n'était pas venue répondre à un besoin pré-existant des clients et que son évolution s'est faite par "mimétisme" à l'étranger comme au Maroc, nous devons être conscients des problèmes qu'elle pose au niveau technique, commercial (en terme de rentabilité et d'acceptabilité par les clients), juridique et de sécurité. Il convient de les résoudre dans le cadre d'une concertation aussi bien locale qu'internationale, entre les différents émetteurs, afin d'aboutir à un "minimum commun de règles de bonne conduite" pour tous les pays.
Cette concertation peut d'abord être locale -et c'est le cas aujourd'hui dans tous les pays dont le Maroc- et régionale, par groupe d'émetteurs ou par bloc, comme c'est le cas de la Communauté Economique Européenne qui a d'ores et déjà un code de bonne conduite protégeant aussi bien les banques émettrices que les clients porteurs de cartes.
C'est le cas également -avec moins d'ampleur mais certainement du Maghreb Arabe dans le cadre de l'Union des Banques Maghrébines à travers les échanges d'expériences et l'organisation de séminaires réguliers dans ce domaine.
La réunion annuelle MasterCard de Marrakech s'inscrit bien dans ce contexte, avec une région plus élargie, à savoir l'Afrique et le Moyen-Orient.
A travers la richesse du programme des travaux et les intéressants problèmes traités au cours de deux journées, cette rencontre a contribué davantage, au rapprochement des expériences et à l'harmonisation des outils de traitement et de distribution de la monétique, en vue de faire face aux différents problèmes énumérés ci-dessus et qui sont d'un ordre nouveau liés à ce produit de haute technologie qu'est la monnaie électronique.

D'après l'allocution prononcée par
M. El Hadi Chaïbaïnou au nom de M. Abdellatif Jouahri, Président du Groupement Professionnelle des Banques du Maroc au congrés de MasterCard

Le réseau MasterCard

M.Mohamed Belarj, Directeur des opérations pour le Moyen-Orient et l'Afrique de MasterCard, dit l'importance de la réunion annuelle régionale de Mastercard tenue à Marrakech les 1er et 2 juin.
Question: La réunion annuelle de MasterCard pour la région du Moyen-Orient et de l'Afrique a été organisée à Marrakech. Quelle importance revêt-elle pour le Maroc?
Réponse: Importance à plusieurs égards. MasterCard est une organisation internationale qui regroupe 29.000 banques de par le monde qui émettent des cartes de crédit, 12 banques marocaines y sont affiliées. C'est la première fois que la réunion régionale se tient en dehors de l'Europe et des Etats-Unis.
Par ailleurs, MasterCard étant le sponsor officiel de la coupe du monde 1994, va soutenir la candidature du Maroc pour l'organisation de cette manifestation en 1998.
De plus, l'importance de plus en plus grande des paiements par cartes à l'étranger fait que beaucoup de gens voyagent sans liquidités. Ce qui constitue une rentrée de devises importantes. Au Maroc, près de 40.000 Dollars par an rentrent par le biais des cartes MasterCard. Dans cette réunion, qui a vu la participation de plusieurs pays, il y a certainement eu des paiements par carte de crédit.
- Quels sont les moyens utilisés par l'Association Régionale du Moyen-Orient et de l'Afrique pour promouvoir les cartes de crédit?
- La région du Moyen-Orient et de l'Afrique est gérée à partir de Paris pour différentes raisons dont la plus importante réside dans l'existence de moyens de communications.
Par sa politique très souple, MasterCard International donne aux associations régionales l'autonomie de décision dans tous les domaines. Deux banques marocaines y participent. Il s'agit de la Banque Centrale Populaire et de la BMCE. Sur ce plan, le Maroc est très en avance par rapport aux pays de la région. Il dispose d'une riche expérience qui l'aidera à développer sa part du marché.
Par ailleurs, dans ce système véritablement international -le bureau de Paris est constitué de membres de plusieurs nationalités- permet aux banques émettrices de développer leur marketing. En effet, contrairement aux autres systèmes, une petite partie de la carte est consacrée au logo de MasterCard. Le reste est réservé à la banque émettrice.
Par ailleurs, pour les besoins des transactions, le Maroc est relié à la Ligue Internationale. Un commerçant qui veut savoir si son client a l'autorisation d'utiliser sa carte peut utiliser son terminal ou appeler sa banque. Cette dernière envoie l'information à la banque émettrice qui rend la réponse immédiatement. La conception de nouveaux produits constitue également des moyens de promotion. Les derniers-nés sont la carte de débit, "Carte Maestro" et les Travels-Chèques MasterCard-Tomas Cook. Les cartes de débit vont être généralisées à l'ensemble des clients des banques. Quant aux Travels-Chèques, Tomas Cook va avoir son réseau à Master Card par une alliance entre les deux organismes. Tous les porteurs de cartes Master vont profiter des avantages des chèques de Tomas Cook qui dispose de 1.700 agences de voyage à travers le monde.
- Quelles sont les perspectives de développement des cartes de crédit?
- Très brillantes. Tous les atouts de réussite existent. D'abord, les régions, dont celle du Moyen-Orient et de l'Afrique ont l'autonomie des décisions. Ensuite les banques ont la possibilité de définir ce qu'elles veulent faire. Enfin, un seul système sera canalisé par MasterCard et qui est constitué par le regroupement d'Eurocard et Eurochèque.

Interview réalisée par Leïla TAARJI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc