×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Retraite à 65 ans: La CMR pourrait ouvrir le bal

    Par L'Economiste | Edition N°:3125 Le 09/10/2009 | Partager

    . Le projet sérieusement envisagé. Un premier pas, en attendant la refonte globale des régimes de retraiteLE projet de retraite volontaire à 65 ans se précise. La mesure pourrait faire l’objet d’une loi qui accompagnerait la loi de Finances 2010. Sa mise en place nécessiterait l’amendement des textes en vigueur actuellement. Ce changement est facile à opérer puisqu’il ne risque pas de fâcher grand monde. Les syndicats n’étant pas opposés à une option facultative de départ à la retraite à 65 ans. Si elle est mise en place, la retraite volontaire à 65 ans serait un premier pas dans la réforme paramétrique de la Caisse marocaine de retraite (CMR). Et ce, en attendant la refonte globale des régimes de retraite sur laquelle les travaux sont enclenchés depuis 2004. Une réunion de la commission nationale étant prévue d’ici la fin de l’année, le temps que la commission technique boucle ses travaux. Cette mesure n’occasionnerait pas non plus de chamboulements pour la CMR qui est particulièrement concernée. Elle pourrait même améliorer sa situation financière en reportant de quelques années l’apparition des premiers déficits. Cette disposition pourrait aussi juguler les vagues importantes des départs à la retraite attendues durant les prochaines années dans la fonction publique. Ce qui permettra d’améliorer le rapport démographique au niveau de cette Caisse aujourd’hui en dégradation continue. Ainsi, les fonctionnaires qui le souhaiteraient pourraient poursuivre leur activité. D’autant que l’espérance de vie augmente de plus en plus. Sur le plan actuariel, les premiers déficits au niveau de la CMR apparaîtront dès 2013. Ils pourraient être retardés jusqu’à 2020 et ce, à condition que la caisse puise dans ses réserves. Un diagnostic confirmé aussi par les rapports de l’étude nationale sur les caisses de retraite. Les études actuarielles relèvent aussi que les recettes prévisionnelles couvriront 33% des engagements futurs. D’où l’urgence de mesures pour sauver ce régime connu pour ses avantages. A titre d’exemple, la pension servie peut atteindre jusqu’à 100% du dernier salaire. De plus, il autorise les départs à la retraite anticipée après 15 ans de service pour les femmes et 21 ans pour les hommes, etc. Rappelons aussi que cette caisse a opéré un changement dans la gestion de son portefeuille. Elle a décidé récemment de redynamiser sa politique de placement en se renforçant davantage dans le marché financier. Chose qui lui permettra de mieux rentabiliser ses placements. Comme la plupart des régimes de retraite, la CMR dispose d’une manne financière importante, soit un portefeuille de 53 milliards de DH et qui dépassera les 60 milliards d’ici la fin de l’année. Et ce, en comptant sur les produits financiers et le paiement par l’Etat de ses arriérés, soit 3,12 milliards de DH. K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc