×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Retentissement international pour le Festival des musiques sacrées du monde

Par L'Economiste | Edition N°:800 Le 30/06/2000 | Partager

. Une bouffée d'oxygène pour la ville, dont l'activité économique est au ralenti. Une moyenne de 3.000 visiteurs en semaine et 5.000 en week-end Une idée, un événement, aujourd'hui une escale incontournable, le Festival des musiques sacrées est une bouffée d'oxygène, surtout d'affaires, pour la ville impériale. L'organisation de cet événement est désormais l'unique attraction qui donne au tourisme de la région un caractère de séjour. Au lieu d'une à deux nuitées, le festival retient les pèlerins toute une semaine. L'impact économique est d'autant plus important que la promotion de ce festival a pris une ampleur internationale: «Nous faisons de la communication institutionnelle à travers le festival, ainsi que des insertions publicitaires dans les médias européens et américains«, précise un Tour Opérateur.En plus des deux télévisions marocaines, plusieurs chaînes européennes et américaines se sont déplacées pour couvrir la manifestation (TV5, Arte...). La presse écrite locale, nationale et internationale, dont la réputation franchit d'année en année davantage les frontières nationales, est également présente, attirant de plus en plus de touristes étrangers. Les organisateurs ont tenu cette fois à rompre avec la tradition quelque peu élitiste qui leur était reprochée. Ils ont donc décidé de baisser les prix. D'après M. Marc Boudet, responsable de la communication du festival, les concerts reçoivent une moyenne de 3.000 visiteurs en semaine et 5.000 au cours des week-ends. Il a par ailleurs noté une sensible baisse de l'afflux des visiteurs par rapport à l'année dernière, expliquée d'une part par le fait que la manifestation s'est tenue après d'autres festivals (celui d'Essaouira par exemple), mais aussi en raison de la période choisie (la chaleur a peut-être découragé beaucoup de personnes). Les étrangers sont ainsi un tout petit peu moins nombreux que les années passées. Côté organisation au contraire, les responsables assurent qu'elle est de plus en plus professionnelle. L'objectif de cette manifestation est de promouvoir la paix et le dialogue entre les civilisations, de faire côtoyer différentes cultures et traditions du monde, pour lutter contre l'ignorance et l'intolérance. C'est d'ailleurs pour cette raison que le thème choisi cette année est le dialogue entre les civilisations. A noter que le retentissement touristique de cette manifestation est très important au niveau international. Comme le souligne M. Boudet, le Festival des musiques sacrées de Fès est l'unique festival au monde qui allie toutes les musiques sacrées, dans cet esprit d'échange et de tolérance. Cela contribue à véhiculer une image très positive de la ville et à lui conférer une connotation culturelle très intéressante. Ce festival donne au Maroc l'image d'un pays ouvert sur les autres cultures, tolérant et acceptant les autres religions. Fès attire pendant une semaine de nombreux journalistes étrangers, qui profitent de leur présence pour visiter les divers monuments historiques et culturels de la ville, ce qui permet de faire connaître davantage Fès dans le monde. De nombreux étrangers ont commencé à acheter et faire restaurer des maisons d'hôtes. Le festival incite à la création de nouvelles activités dans la ville et de nouvelles académies culturelles. Cela attire également les agences de voyages qui programment la destination Fès comme une destination culturelle de première importance. Plusieurs hôtels sont en cours de construction, pour renforcer la capacité d'accueil de la ville. N. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc