×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Résultats semestriels
Sonasid toujours à la peine

Par L'Economiste | Edition N°:3375 Le 04/10/2010 | Partager

. Des résultats inférieurs à juin 2009 qui était déjà une période difficile. Le sidérurgiste vit mal la concurrenceSonasid n’y arrive toujours pas. Le sidérurgiste enregistre à fin juin un chiffre d’affaires consolidé de 2,2 milliards de DH en baisse de 32% par rapport au premier semestre. C’est une nouvelle année galère qui se profile pour la filiale d’Arcelor Mittal quand on sait que les résultats enregistrés en 2009 étaient assez décevants. Au terme des six premiers mois de l’année, le résultat net consolidé dégringole de 45% à 82,8 millions de DH. Ces réalisations prennent de cours les prévisions de certains analystes qui avaient anticipé une croissance à deux chiffres des bénéfices. Ce qui a notamment valu une recommandation à l’achat du titre en Bourse. Depuis le début de l’année, le cours du sidérurgiste affiche une contre-performance de 2,8%. Dans le même secteur, Aluminium du Maroc fait mieux avec une hausse de 36%.Revenant sur les recommandations, lors de la présentation des résultats le 30 septembre, Bérold Costa de Beauregard, directeur général de Sonasid, a estimé que «son entreprise n’avait pas à réagir sur la communication des analystes». Ceux-ci n’auraient pas pris contact avec le sidérurgiste avant la publication de ces notes. Ce qu’ils réfutent. Il est vrai, les résultats de Sonasid au premier semestre sont fortement impactés par la baisse des mises en chantier et la forte volatilité des prix à l’international. A ce titre, les distributeurs ont adopté une politique de stockage prudente, est-il indiqué. Mais au-delà des facteurs conjoncturels, il y a également que Sonasid vit mal la concurrence. La société assiste impuissante à l’érosion de sa part de marché. Elle ne détient qu’un peu plus de 50% du marché contre plus de 80% il y a encore quatre ans. A fin juin, ses ventes ont baissé de 33% à 392.000 tonnes. Dans le même temps, le marché n’a reculé que de 10%. Sonasid applique des tarifs 3 à 5% supérieur à celui de la concurrence, ce qui pourrait également expliquer le faible volume des ventes.Toujours est-il, les perspectives de croissance du marché sont jugées importantes. Le sidérurgiste compte notamment sur la reprise des chantiers avant la fin de l’année. En outre, la consommation du rond béton par habitant est faible au Maroc comparativement aux autres pays du bassin méditerranéen. Ce qui laisse croire à un retournement de tendance. F. Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc