×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Résultats semestriels
Bonne moisson pour Lafarge

Par L'Economiste | Edition N°:3107 Le 14/09/2009 | Partager

. Le CA du groupe progresse de 5,1%. La baisse des prix des intrants favorable aux affairesEN dépit des fortes intempéries enregistrées au cours du premier semestre, Lafarge Ciments a bouclé les six premiers mois de l’année sur des performances plutôt honorables. En témoigne un chiffre d’affaires consolidé qui s’est apprécié de 9,1% à 2,8 milliards de DH. «Une performance qui a essentiellement capitalisé sur la hausse des prix opérée en décembre 2008, notamment pour le ciment technique», indique un analyste de BMCE Capital Bourse. A côté, la situation des ventes s’est pour sa part légèrement redressée. Ainsi, les écoulements opérés par le cimentier sur ses marchés naturels se sont améliorés de 2,3%, malgré une croissance de marché limitée à seulement 0,4%. Incluant une reprise nette de provisions pour amortissements dérogatoires à plus de 8 millions de DH, le résultat net consolidé a, quant à lui, arrêté sa progression à 5,1% pour se fixer à 974 millions de DH. De fait, la marge nette s’est contractée de 1,3 point à 34,8%.Parallèlement, le programme d’investissement de la société continue bon train.Dans ce sillage, le résultat d’exploitation courant est ressorti en amélioration de 9,8% à 1,37 million de DH, grâce notamment aux actions tous azimuts orchestrées par la société pour réduire ses coûts de production. Ce qui a porté la marge d’Ebit à 48,8% contre 48,5% à la même période une année auparavant. Derrière ces performances, une baisse des intrants utilisés dans la cimenterie comme le coke de pétrole et la sacherie. A cela viennent se greffer de bonnes réalisations industrielles, conjuguées au démarrage de la seconde ligne de cuisson de Tétouan en mai dernier, la mise en service du nouveau broyeur ciment depuis juillet et l’extension du parc éolien de 14 MW en juin. «Tous ces investissements ont sensiblement atténué l’impact de la hausse du coût d’électricité et des frais fixes industriels », indique-t-on à Lafarge. Le top management de la société reste d’ailleurs favorable à une amélioration du marché national au second semestre. Ainsi, il table sur une croissance annuelle comprise entre 1 et 2%. Une vision particulièrement optimiste à l’heure où le secteur souffre de l’exacerbation de la concurrence, notamment sur le marché casablancais depuis l’installation du challenger Holcim à Settat. Dans le nord du pays, les réalisations commerciales des cimentiers se trouvent négativement impactées par le tassement de la demande du marché de l’immobilier touristique.Mohamed MOUNADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc