×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Résultats semestriels: L’ONA tient bon

Par L'Economiste | Edition N°:2121 Le 03/10/2005 | Partager

. Le groupe stabilise son résultat net part de groupe . Malgré la contre-performance de l’agroalimentaire et des mines. Attijariwafa bank et Axa à sa rescousseLa hausse des prix des matières premières et la montée de la concurrence dans le secteur agroalimentaire n’ont pas épargné l’ONA. Pour autant, le groupe tire son épingle du jeu en affichant un résultat net part de groupe (RNPG) stable de 352 millions de DH, à fin juin 2005. En fait, c’est l’ascension des activités financières et la bonne tenue de la distribution qui ont permis de compenser le recul des pôles agroalimentaire et minier. En effet, le RNPG du pôle financier est monté en flèche, de 43 millions à 289 millions de DH et celui de la distribution s’est consolidé à 102 millions de DH, alors que le résultat de l’agroalimentaire a baissé de moitié, à 123 millions de DH. Quant aux mines, elles enregistrent un résultat négatif de 55 millions de DH. La contre-performance du pôle agro-alimentaire est imputée en premier lieu à la baisse de la marge sur l’huile de table dégagée par Lesieur et à la distribution exceptionnelle de dividendes pour 2004. La filiale Marost a, quant à elle, dû faire face à une correction des stocks de fin d’année. De son côté, Pêche & froid a été confrontée au renchérissement du prix du thon, à une baisse des volumes vendus et au coût de la fermeture de l’usine Madagascar au cours du premier semestre.En dépit du contexte concurrentiel et de la flambée des intrants, les principales filiales, à savoir Cosumar, Lesieur Cristal, Centrale Laitière et Bimo, maintiennent leurs parts de marché. “Les stratégies génériques pour l’ensemble des filiales agroalimentaires consistent à miser sur l’innovation, l’amélioration de la qualité et le développement de la proximité à l’égard du consommateur”, assure Saâd Bendiddi, président du groupe lors de la présentation des résultats semestriels.Le pôle minier n’est pas mieux loti. Managem a été pénalisée par la baisse à la fois du cours du cobalt de près de 50% et de la teneur exploitée de l’or à Akka. “Cependant, l’effet de ces deux facteurs défavorables est atténué par la hausse des cours mondiaux des autres métaux, l’amélioration des teneurs exploitées de l’argent à Imiter, du zinc à Guemassa, de l’or à Kiniero et de la fluorine à Samine”, est-il précisé. Sans oublier les investissements engagés qui ont permis de détecter de nouvelles réserves sur les mines de Akka (0,9 tonne d’or métal) et d’Imiter (173 tonnes d’argent métal).Le management de l’ONA mise sur le potentiel de croissance jugé considérable de la grande distribution. A fin juin 2005, le nombre d’hypermarchés est porté à 11 pour une superficie totale de 63.965 m2. La location-gérance a été adoptée pour tous les sites pour optimiser la gestion, sans oublier l’impact positif sur le plan fiscal. La cadence d’ouverture des supermarchés est également soutenue, portant le nombre de magasins à 18 avec une surface de vente de 24.618 m2. Le RNPG a gagné 4% à fin juin du fait de l’amélioration du résultat d’exploitation consolidé mais aussi de l’augmentation des revenus locatifs (pas de porte).Mais ce sont les activités financières qui ravissent la vedette. Le processus de fusion d’Attijariwafa bank est en bonne voie. Les échéances annoncées seront respectées (fin 2005). De plus, les projets de développement menés en parallèle par la filiale bancaire prêtent à l’optimisme (partenariats avec Crédit Agricole France et Crédit Agricole Maroc). Quant à l’activité d’Axa Assurance Maroc, elle est en plein essor. Plusieurs chantiers sont menés de front: réorganisation du réseau, système de scoring, nouveaux produits de bancassurance... Les stratégies ainsi adoptées par les deux filiales financières se sont traduites par une forte progression de leur RNPG respectif.Le groupe observera la même ligne de conduite d’ici la fin de l’année. Dans l’agroalimentaire, priorité à l’intégration des sucreries publiques acquises en septembre dernier, avec comme objectif de les hisser au niveau de rentabilité de Cosumar. De leur côté, Centrale Laitière et Lesieur poursuivront leur développement en privilégiant l’innovation et la qualité.Dans le secteur minier, l’effort de prospection sera poursuivi au Maroc et à l’international. De plus, la rationalisation du portefeuille de couvertures sera mené à son terme pour qu’il soit cohérent avec la production. Au niveau de la holding, le projet Synergies permettra de dégager des revenus et des économies additionnels à compter de 2006. Parallèlement, plusieurs chantiers sont lancés visant entre autres à mieux maîtriser les risques. Tout d’abord, la conversion des comptes consolidés aux normes IFRS permettra de les mettre en conformité avec les standards internationaux et d’apporter une plus grande transparence. Ensuite, le risk management va se traduire par la mise en place d’une organisation autonome de gestion des risques au niveau des filiales. Ce qui permettra d’établir une cartographie des risques et des plans d’actions destinés à réduire l’exposition aux risques majeurs. Enfin, le projet de Trésorerie vise à améliorer le processus de cash pooling et obtenir une vision consolidée des risques au niveau du groupe.


Résultat de la SNI: +5,3%

Le résultat net part du groupe à périmètre comparable s’est amélioré de 5,3% grâce à l’amélioration de la contribution de SNI et portefeuille (18 millions de DH), sous l’effet des dividendes reçus des participations non consolidées (Cosumar et Attijariwafa bank). Ce qui compense le recul de la contribution du groupe Lafarge et Sonasid (178 millions de DH). La contribution du groupe ONA, elle, se maintient au même niveau, à périmètre comparable (77 millions de DH). La capacité d’autofinancement du groupe s’en trouve consolidée (+14% à 603 millions de DH), grâce à l’augmentation des dividendes versés par Sonasid, Lesieur, Cosumar et Attijariwafa bank. Mouna KABLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc